Nord : le Bourghellois Felix Pouilly vainqueur de l’Ironman de Nice, avec vingt minutes d’avance sur le second

Au terme de 8 heures et 48 minutes de souffrance, le Nordiste Felix Pouilly a terminé sur la plus haute marche de l'Ironman de Nice. Cette épreuve ultra-physique comporte trois épreuves : 3,8 km de nage, 180 km de vélo et... un marathon.
Felix Pouilly à l'arrivée de l'Ironman de Nice.
Felix Pouilly à l'arrivée de l'Ironman de Nice. © PHOTOPQR/NICE MATIN/FRANTZ BOUTON

Il était connu pour ses performances à vélo, mais l’ex-cycliste professionnel de Roubaix Lille Métropole a démontré ce dimanche 12 septembre qu’il pouvait se surpasser dans une autre discipline. Felix Pouilly, 26 ans, termine en effet premier de l’Ironman de Nice, en bouclant l’épreuve en 8 heures et 48 minutes.

Une première victoire pour le Nordiste après avoir terminé quatrième à l’Embrunman le 15 août dernier, sa première course de ce type. "Même si le niveau était beaucoup plus relevé là-bas, j’ai pris beaucoup de plaisir à Nice", raconte-t-il, modestement. "La course à pied sur la promenade des anglais avec pas mal de monde… c’est vrai que c’était sympa"

3,8 km de nage, 180 km de vélo et… un marathon 

L’Ironman, une épreuve ultra-physique qui consiste à nager dans un premier temps 3,8 kilomètres avant d’enfourcher son vélo pour pédaler 180 kilomètres et terminer par un marathon... soit 42,195 kilomètres. Vous l’aurez compris, sportifs du dimanche s’abstenir.  

"J’étais dans l’incertitude de finir la course et j’ai dû gérer la douleur tout au long de l’épreuve".

Félix Pouilly

Histoire de rajouter une difficulté supplémentaire, le Nordiste s’était blessé au genou il y a une semaine mais n’avait pas souhaité déclarer forfait. "Depuis c’était compliqué, avoue-t-il. J’étais dans l’incertitude de finir la course et j’ai dû gérer la douleur tout au long de l’épreuve. De l’extérieur,  ça pouvait paraitre un peu facile  mais en réalité je n’ai  jamais été serein parce que préoccupé par cette douleur jusqu’au bout"

La nage… son point faible 

Au lendemain de cette victoire, Felix Pouilly pense déjà aux prochaines courses malgré la blessure au genou qui s’est aggravée. "Je crois que participer avec ma blessure n’était pas très conseillé, concède-t-il. Pour cette année, je pense que c’est terminé".

Après 8 heures et 48 minutes de souffrance, Felix Pouilly peut enfin souffler.
Après 8 heures et 48 minutes de souffrance, Felix Pouilly peut enfin souffler. © PHOTOPQR/NICE MATIN/FRANTZ BOUTON

Pour cette année seulement. Car dans son esprit, un objectif le tanne : gagner la mythique course de l’Embrunman l’année prochaine. "Je sais que c’est possible de passer de la quatrième à la première place mais il faut que je progresse en natation, notamment en me faisant coacher". Car cette épreuve du triathlon reste son maillon faible. "À Nice, j’étais très loin après la nage, puis deuxième à la fin du vélo avec 10 minutes sur la tête de course", raconte-t-il. Felix Pouilly terminera finalement avec une vingtaine de minutes d’avance sur le second au terme du marathon. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport