Trafic de tabac entre la France et la Belgique : des interpellations dans l'Oise et la Somme

Mardi 1er décembre, une vingtaine de personnes a été interpellée en Belgique et en France, notamment dans l'Oise et la Somme. Elles sont suspectées d'appartenir à un réseau international de trafic de tabac estimé à 2,3 millions d'euros.
Un important trafic de cigarettes a été démantelé entre la France et la Belgique (Illustration)
Un important trafic de cigarettes a été démantelé entre la France et la Belgique (Illustration) © Pixabay
Les investigations ont été menées en conjointement par les autorités françaises et belges. Elles ont permis, mardi 1er décembre, l'arrestation de 18 personnes en France, notamment dans l'Oise et la Somme, et trois en Belgique. 

Ces 21 personnes, de nationalités arménienne et géorgienne, sont soupçonnées d'appartenir à un réseau international de trafic de tabac, affilié à la mafia russophone "voleurs dans la loi"(Vory V Zakone).  Le groupe "organisait un important trafic de cigarettes contrefaites entre la France et la Belgique en s’appuyant sur des plates-formes logistiques situées de part et d’autre de la frontière", explique la procureure de la République de Lille. Depuis le début de l'année 2020, les enquêteurs estiment que ce trafic a rapporté à ce groupe criminel plus de 2,3 millions d'euros. 

14 personnes mises en examen en France

La coopération entre les autorités françaises, notamment les enquêteurs appartenant à la section de recherches d’Amiens et aux groupements de gendarmerie départementale de la région Picardie, et les autorités belges a permis la mise en œuvre d'une opération simultanée mardi 1er décembre. "Lors de cette opération de police judiciaire d’envergure, les perquisitions effectuées ont permis la saisie, côté français de 52 000 euros en numéraire, de 71 000 euros sur les comptes et de 5 000 cartouches de cigarettes pour une valeur marchande de 500 000 euros", détaille la procureure. 19 véhicules appartenant aux principaux protagonistes ont été également saisis.

Sur les 18 personnes interpellées en France, 14 ont fait l’objet d’une présentation et d’une mise en examen devant le magistrat instructeur de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lille. Parmi elles, 6 font l’objet d’un contrôle judiciaire et 8 ont été placées en détention provisoire. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international