"Travailler le dimanche aux frais de la princesse, non merci" : à Lille, les policiers municipaux mécontents

Publié le Mis à jour le
Écrit par Martin Fort
A Lille, devant l'hôtel de ville, le 7 décembre.
A Lille, devant l'hôtel de ville, le 7 décembre. © Frédérik Giltay/FTV

Les policiers municipaux de Lille regrettent que la réforme de la fonction publique, qui va les obliger à travailler 35 heures par semaine, ne se fasse sans compensation financière.

Ce mardi 7 décembre, vers 12h, les policiers municipaux de Lille se sont rassemblés avec leurs gilets jaunes, leurs sifflets de policier et armés de drapeaux de l'organisation syndicale FO pour faire du bruit devant l'hôtel de ville. Voilà ce qui les inquiète : à partir du 1er janvier 2022, la loi change. Les agents municipaux vont devoir travailler 1.607 heures par an, ce qui correspond à 35 heures par semaine, alors qu'ils pouvaient bénéficier jusqu'ici de dérogation à la loi et d'un temps de travail réduit. Cela représenterait pour eux 18 minutes en plus chaque jour. 

Les agents regrettent qu'on leur demande de faire plus avec des salaires qui ne grimpent pas. Par exemple, les heures travaillées les dimanches ne seront plus payées en heures supplémentaires. "Travailler le dimanche aux frais de la princesse, non merci", explique un brigadier-chef. Il continue : "cela va bouleverser notre vie de famille".

Le syndicat FO, majoritaire dans la profession et qui a appelé à la manifestation, affirme que 60% à 70% des 134 policiers municipaux de la ville partagent les revendications. De son côté, la mairie assure que "neuf policiers municipaux sur 134 se sont déclarés grévistes sur une partie ou sur l'ensemble de la journée". Et si les policiers étaient plus nombreux c'est parce que "la manifestation s'est déroulée sur le temps de repos de midi".

Le salaire des policiers municipaux est de 1.593 euros bruts par mois hors primes

Riad Boucetta, secrétaire général FO de Lille, Hellemes et Lomme, affirme avoir été reçu par l'élu en charge du problème mais, selon lui, "les retours ne sont pas satisfaisants". En conséquence, il prévoit une grève qui dure : "La fourrière, l'îlotage, les équipes de nuit et la brigade canine : ces services sont gérés par la police municipale et les grèves vont perturber leur fonctionnement", prévient-il. "Le mouvement débute et va perdurer s'il n'y a pas de négociations", abonde un des manifestants. Une délégation de policiers a été reçue par la direction des ressources humaines dans l'après-midi.

En début de carrière, hors primes, un policier municipal gagne 1.593 euros bruts par mois. A cela il faut ajouter une prime de risque qui s'élève à 20% du salaire brut et une indemnité d’administration et de technicité fixée par la municipalité.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.