VIDÉO. Covid-19 - Lille : l'obligation de fermeture des bars à 00h30 passe mal rue Masséna

Depuis samedi, les soirées sont écourtées dans les bars et restaurants de la métropole lilloise. Mesure préfectorale étendue à tout le département du Nord depuis mercredi soir, pour lutter contre la propagation du coronavirus. Elle est souvent incomprise par les clients et commerçants.

De nombreux étudiants se retrouvent le soir dans les bars de la rue Masséna, à Lille.
De nombreux étudiants se retrouvent le soir dans les bars de la rue Masséna, à Lille. © FRANCE 3
"L'horaire de fermeture des bars n'a pas vraiment de rapport avec le Covid, qu'il soit minuit ou 1 heure, ça n'a pas vraiment de rapport !", s'étonne cet étudiant, atablé en terrasse avec des amis, rue Masséna à Lille. 

Les bars et restaurants du Nord, qui est placé en zone rouge Covid-19, sont contraints de fermer à 0H30 depuis mercredi soir. La mesure est effective dans la métropole lilloise depuis samedi, déjà. "On finit à l'appartement, on s'adapte !", déclare un autre jeune homme. la rue Masséna, appellée aussi rue de la Soif, concentre de nombreux bars où les étudiants se retrouvent nombreux le soir. 
Covid-19 - Lille : l'obligation de fermeture des bars à 00h30 passe mal rue Masséna
"Ils sont un peu déçus parce qu'ils disent -Notre soirée commence juste maintenant-, on ne sait pas ce qu'on doit répondre parce qu'on est obligé de respecter le règlement, et on doit l'expliquer à chaque personne, ce n'est pas évident !", constate Mehmet Sarikus, gérant du bar "l'Imprévu" rue Masséna.

Un bar fermé 15 jours

Pour les tenanciers, c'est également après minuit que les affaires commencent vraiment. "Notre chiffre d'affaires, c'est surtout de minuit à 3 heures", explique Sandra Herpoel, patronne du "Temple Bar". "Et puis je vais réduire le personnel, en fermant fermant à minuit et demi, je n'ai pas besoin de portier", ajoute-t-elle.

Des opérations de contrôles ont été menées par la police, pour vérifier aussi que les mesures-barrières étaient bien respectées dans les bars de la rue. Un établissement en a fait les frais. Le Zythum fait l'objet d'une fermeture administrative de 15 jours.

"On est un symbôle au milieu de la rue Masséna, pour montrer aux autres ce qui peut se passer", avance Pascal Gibourdel, co-gérant du Zythum Bar.

"On ressent pas mal la peur de la police, au niveau de tous les collègues du quartier. On a plus peur de la police que du virus, ce n'est quand même pas normal", abonde Mathias Faure
gérant du bar "Disrespect" situé rue du Faisan, juste à côté.

La mesure préfectorale est pour l'instant en vigueur pour 15 jours, jusqu'au 23 septembre prochain.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société