ZEvent 2022. Nouveau record de dons pour l'environnement : "ça nous a projeté en avant" savourent les associations

Le ZEvent, marathon caritatif organisé par les grands noms du streaming français, a récolté plus de 10 millions d'euros au bénéfice de quatre associations de protection de l'environnement. Au lendemain de ce nouvel exploit, les associatifs se disent "ravies".

Les réseaux sociaux l'avaient annoncé comme un oracle : ce ZEvent 2022 allait être un "flop" complet. Polémique lors de l'annonce de l'association bénéficiaire, finalement écartée, absence de streamers très populaires comme Inoxtag ou le Joueur du Grenier... Pourtant, Adrien "Zerator" Nougaret et Alexandre "Dach" Dachary se sont relevés et ont mené leur projet à bien, vers un nouveau record. 

Le ZEvent, c'est un marathon caritatif, 50 heures pour récolter un maximum de dons pour des associations, un peu comme fonctionne le téléthon. Mais le ZEvent a réussi à capter un public qui reste éloigné des événements télévisés, notamment les plus jeunes. Tout commence en 2016 avec ce qui est alors nommé le Projet Avengers, et qui récolte 170 000 euros pour l'ONG Save the Children. Les dons viennent des communautés de fans qui soutiennent les streamers, rendus ultra-populaires par la plateforme de diffusion live Twitch.

Pour mobiliser leurs abonnés, les streamers ne reculent devant rien, ni le ridicule ni le manque de sommeil. Karaokés, cosplay, oeuvres dédicacées, DJ Set, affrontements sur divers jeux vidéos... Les 59 vidéastes assurent l'ambiance et l'animation, et encouragent aux dons par un système de défis par paliers. Par exemple, le streamer Mynthos, ancien boulanger, prévoyait cette année un défi pâtisserie contre deux invités spéciaux, si sa cagnotte atteignait 121 501 euros. Chez Mister MV, surnommé "le vieux monsieur", se proposait d'appeler à chaque pallier un streamer absent pour "hyper le Zevent". L'édition 2022 a aussi été honorée de la présence de plusieurs invités extérieurs au monde du streaming : les rappeurs BigFlo et Oli, ou encore Alain Chabat.

Le format séduit, et il marche : chaque année, le projet caritatif du streaming français a battu un record, et 2022 n'a pas fait exception, avec un total de dons récoltés de 10 182 126 euros. L'événement affole les plateformes de dons, la maintenance de Twitch et ce grâce à la communauté Twitch française, mondialement reconnue comme l'une des plus dynamiques et impliquées. L'impact de l'événement est tel qu'il attire maintenant l'attention du monde politique. Emmanuel Macron s'est fendu d'un long message vidéo posté sur Twitter, d'ailleurs très peu apprécié par les streamers et critiqué comme une tentative de récupération.

Des dons strictement encadrés

Pour préserver l'éthique de l'événement, avec des sommes astronomiques en jeu, le duo Zerator et Dach impose comme condition de pouvoir tracer l'utilisation des dons. "La Fondation de France s'est associée au ZEvent, c'est elle qui va centraliser et redistribuer les dons en parts égales. Nous signons une convention qui garantit un suivi de projet, et les organisateurs du ZEvent ont déjà prévenu qu'ils viendraient voir en personne à quoi serviraient les dons. Notre engagement, c'est que chaque centime aille sur le terrain et pas en frais de fonctionnement ou logistique" explique Valérie Amant, représentante de l'association The SeaCleaners, qui lutte contre la pollution plastique des océans.

"Ces dons vont nous servir à plusieurs choses, notamment le volent préventif et le volet curatif. Notre premier projet, c'est de la sensibilisation sur la nécessité de préserver les océans auprès des populations les plus impactées, par exemple en Indonésie, développe Valérie Amant. Le deuxième volet, c'est de déployer plus largement nos bateaux de collecte des déchets flottants en rivière et eau calme, ce qui permet d'intercepter les déchets avant qu'ils n'arrivent dans les océans. Cela va aussi aider à notre grand projet, le Manta, qui doit voir le jour en 2025. C'est un navire qui permettra de collecter les déchets et de les transformer à bord." 

A la locale des Hauts-de-France, les militants sont tout aussi enthousiastes. "On a bien évidemment suivi de très près l'événement. Je suis ravi, parce que ça nous a projeté en avant et je sais qu'au niveau local ça va nous faire du bien, parce qu'on est en recherche constante de bénévoles. Quand j'ai su qu'on était retenus, je me suis dit que c'était juste extraordinaire, de savoir que ça va toucher tant d'internautes, c'est génial. Notre combat vient de prendre une visibilité exponentielle, c'est même compliqué à verbalisé" s'émeut Frédéric Marlier, délégué régional.

"On pu vulgariser auprès de 10 000 personnes"

En plus des SeaCleaners, trois autres associations vont pouvoir se partager les dons : WWF France, Sea Shepherd et la Ligue Protectrice des Oiseaux, qui ont également des locales dans les Hauts-de-France. "La somme qui a été levée pour nous en trois jours équivaut à notre budget d'un an. ça change beaucoup de choses et c'est très concret puisque ça va nous permettre d'avoir un bateau pour l'antenne française, qui nous permettra de faire des missions de plusieurs jours en mer. C'était une expérience très forte, c'est une communauté très engagée, très solidaire et c'était un très très beau moment" s'enthousiasme Elodie, militante pour Sea Shepherd, une association de protection des écosystèmes marins. 

Un cinquième organisme était censé recevoir une part de cette opportunité, Time for the Planet (TFTP). Elle en a été empêchée car elle fonctionne sur une structure juridique à la marge, qui ne pouvait être pleinement reconnue par la Fondation de France.

"Notre idée, c'était de créer un outil pour que les citoyens qui veulent s'engager en faveur du climat puissent aller un peu plus loin que les petits gestes du quotidien. On permet de développer des solutions à grande échelle et en open source. Des innovations existent déjà mais elles ne changent pas d'échelle car elles sont portées par des chercheurs, des scientifiques, des ingénieurs. Transformer l'innovation en entreprise n'est pas leur rôle, et c'est ce que nous, nous faisons, explique Arthur Auboeuf, en charge du projet pour TFTP. On investit pour que l'innovation ait les moyens de se déployer. On avait été prévenus par le ZEvent qu'on faisait partie des cinq sélectionnés, mais nous avons eu un problème avec notre forme juridique. Nous sommes une entreprise commerciale à but non lucratif, et donc nos dons ne peuvent pas être défiscalisés."

Mais les organisateurs n'ont pas voulu abandonner l'association, choisie par le vote du public. "Ils nous ont proposé de venir streamer avec les autres, c'est la toute première fois qu'une asso vient liver à leurs côtés. On s'est donné à fond pour lever de l'argent pour les autres associations. Que ce soit nous ou eux qui aident à accélérer la transition écologique, on sera tous gagnants à la fin ! défend Arthur Auboeuf. On a streamé pendant 56 heures sans s'arrêter, c'était le live le plus long jamais réalisé sur le ZEvent. C'était incroyable. On a découvert un univers survolté, surénergisé, et ça nous a permis de bénéficier de toute cette audience ! On pu vulgariser auprès de 10 000 personnes et on a essayé de faire de notre mieux."