La ville de Roubaix s'engage à réduire ses émissions carbone de 75% d'ici 2030

La ville de Roubaix s'est engagée auprès de la convention des maires à réduire ses émissions carbone de 75% d'ici 2030. C'est l'objectif le plus ambitieux affiché pour une ville française et il est en bonne voie pour être atteint voire dépassé.

"La baisse de nos émissions carbone, c'est un effort produit depuis plusieurs années maintenant et nous avons réduit la consommation énergétique de nos bâtiments de plus de 30%" salue Alexandre Garcin, adjoint au maire en charge de la Transition écologique.

La ville de Roubaix s'est en effet engagée dans un pari ambitieux. Auprès de l'instance européenne de la Convention des maires, elle s'est engagé à réduire ses émissions carbone de -75% d'ici à 2030. C'est tout simplement l'objectif le plus haut affiché par une commune française. La ville de Lille, elle, s'est par exemple engagée sur un objectif de -40%

Une intelligence artificielle pour piloter les bâtiments

Roubaix travaille activement depuis 2019 à un plan de réduction des consommations énergétiques et des émissions carbone. Trois "leviers d'action" ont servi cette politique écologique. D'abord, comme le cite Alexandre Garcin, la baisse de la consommation énergétique du bâti. Des travaux de rénovation ont été réalisés et surtout, les bâtiments de la ville sont désormais pilotés par une intelligence artificielle. 

"Cette intelligence artificielle, Smart GTB, a été conçue par une start-up d'Euratechnologies. Concrètement, elle comprend comment le bâtiment fonctionne, quelle est sa capacité de réaction à partir du moment où on met le chauffage. Chaque jour, elle s'améliore pour lancer le chauffage juste au bon moment, en fonction de la météo" explique l'élu.

Smart GTB présente un autre avantage : elle est capable de lancer l'alerte lorsqu'elle recense un problème d'équipements et un défaut de maintenance. "On n'aura plus cette situation qui a pu nous arriver où une institutrice entre dans une classe à 8h, le chauffage n'a pas fonctionné de la nuit et on renvoie les élèves chez eux."

Une baisse de 62% déjà enregistrée

Deuxième levier activé : la réduction progressive des énergies fossiles. "On a la chance à Roubaix d'avoir un réseau de chaleur, auquel on raccorde au fur et à mesure l'ensemble de nos bâtiments. On a supprimé le fioul dès 2018 et on réduit désormais notre consommation de gaz." Cela va de paire avec le troisième et dernier levier, la décarbonation progressive de ce réseau de chaleur, qui fonctionne déjà à plus de 70% aux énergies renouvelables et récupérées. 

En 2021, la ville de Roubaix fait le bilan de ses efforts. Par rapport à 2006, l'année de la réalisation de son premier bilan carbone, la commune a baissé ses émissions de gaz à effet de serre de 62%. "Nous sommes sur la trajectoire permettant d'atteindre notre objectif pour 2030 et nous pourrons sans doute le dépasser", s'enthousiasme la mairie. 

Un programme à 3 millions d'euros

En octobre 2022, sous la pression cumulée de la guerre en Ukraine et de l'inflation galopante, le conseil municipal a voté un programme d'accélération. Les travaux, qui devraient s'étendre sur une bonne partie de l'année 2023, comportent notamment la généralisation de l'intelligence Smart GTB à 30 nouveaux sites, le raccordement de 9 sites au réseau de chaleur ou encore l'installation d'un champ photovoltaïque sur le toit du musée de la Piscine. 

Roubaix investit 3 millions d'euros dans ce programme d'accélération. Avec ça, la mairie estime pouvoir réduire ses dépenses de fonctionnement de 300 000 euros par an. Une économie séduisante en temps de crise. "Les premiers kWh sont les plus faciles à gagner mais ensuite c'est plus compliqué, avertit cependant Alexandre Garcin. On est sur un effort continu."