• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Roubaix : la vidéo de l'interpellation d'une femme voilée publiée sur les réseaux sociaux, la police parle de fake news

Images extraites de la vidéo tournée au parc du Nouveau monde de Roubaix ce mardi soir et publiée sur les réseaux sociaux / © FACEBOOK
Images extraites de la vidéo tournée au parc du Nouveau monde de Roubaix ce mardi soir et publiée sur les réseaux sociaux / © FACEBOOK

"Fake news" ? La vidéo d'une interpellation policière publiée sur Facebook a fait réagir la police du Nord, mise en cause par de nombreux internautes.

Par EM

"Non, des policiers de Roubaix ne s'en prennent pas à une femme parce qu'elle est voilée, contrairement à ce que pourrait laisser penser une une vidéo relayée sur les réseaux sociaux". C'est le tweet publié ce mercredi par la police du Nord. Une réponse à la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux ces dernières heures. Vidéo très partagée et commentée.

On y voit une femme voilée en train d'être menottée par deux policiers. L'atmosphère semble tendue. La femme qui filme crie "Il y a des petits, lâchez-la, lâchez-la... Vous faites quoi ? Qu'est-ce qu'elle a fait ?" Une autre femme s'approche des policiers, touche la femme menottée. Elle est repoussée par un policer. Elle tombe. La femme qui filme crie et lance "Vous êtes des acab" ou "Vous êtes des hagar". 


"Violemment poussée au sol..."


La vidéo a été publiée sur plusieurs comptes Facebook ce mardi soir. Sur l'un, on peut lire cette introduction : "Une maman menottée. Une autre maman violemment poussée au sol par un très courageux policier qui déshonore à nouveau le métier.... Il aurait pu la tuer si elle était mal tombée, mais bon, ce n’est pas très grave vu son profil, pas vrai ? On s’en fiche ? Le tout devant leurs enfants bien-sûr... La tension monte... C’était au parc du Nouveau Monde... et nous connaissons déjà le parti pris que prendront "nos" médias et politiques." De quoi évidemment attiser le débat et susciter de nombreux commentaires haineux envers la police. 
 
Roubaix : l'interpellation d'une femme voilée publiée sur Facebook, "Fake news" selon la police
Vidéo publiée sur plusieurs comptes Facebook ce mardi 9 juillet. Nous avons flouté les visages.

Sous la vidé, de nombreux commentaires laissent entendre que les policiers ont mal agi ou réagi et ont fait quelque chose de répréhensible. Un sous-entendu qui est inacceptable pourr la police nordiste. D'où le tweet de réaction titré "Fake news". "Ça prenait de l'ampleur. Il y avait des milliers de partages. On a voulu rétablir les faits", explique le capitaine Legrand, de la DDSP 59.
 

Selon la police, la vidéo a été tournée vers 18h15 au parc du Nouveau monde à Roubaix. Elle ne montrerait qu'une partie de ce qui s'est passé pendant plusieurs minutes. Un individu aurait été contrôlé. Fiché et recherché, il est interpellé. Il est sous mandat de dépôt et devrait donc être en prison. Un homme et une femme, témoins de l'interpellation, s'en prennent alors aux policiers : coups de sac à main, cris...

La femme se saisit d'un bâton et jette des projectiles. Elle prend une bouteille et menace de nouveau les policiers qui décident de réagir. Elle est interpellée et menottée. C'est la femme que l'on voit dans la vidéo. On ignore si elle connaissait l'homme recherché par la police. 

"Les témoins de l'interpellation de la femme voilée ne savent pas ce qui s'est passé avant, explique le capitaine Legrand. Ils prennent parti pour elle sans savoir ce qui lui est reproché... Et il conclut : "Pour nous, les policiers ont fait preuve de discernement et ont très bien agi dans un contexte très difficile."

La femme qui a publié la vidéo affirme, elle, être choquée, par le caractère musclée de l'intervention policière : « Ce n’est pas une histoire de racisme, j’ai publié la vidéo pace que j’étais choquée de voir une femme poussée à terre et une telle intervention de police devant tous ces enfants », explique-t-elle à La Voix du Nord.

Le premier homme interpellé a été incarcéré. L'homme et la femme qui se sont interposés ont été placés en garde à vue. La femme bousculée n'a pas été blessée.



 

Sur le même sujet

Il y a vingt ans, Robert Mugabe, ancien président du Zimbabwe, visitait Amiens

Les + Lus