Trafic de faux pass sanitaires à Roubaix : une médecin et deux employés de pharmacie font l'objet d'une enquête

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yves Asernal

Mercredi 19 janvier 2022, quatre personnes ont été interpellées à Roubaix. Trois professionnels de santé et l’ex-compagnon de l’un d’entre eux sont soupçonnés d’avoir octroyé de faux pass sanitaires. Ils ont été relâchés et l’enquête se poursuit.

Les enquêteurs de la Police Judiciaire de Lille contrôlent actuellement leurs ordinateurs et leurs téléphones portables, à la recherche des faux pass sanitaires. Ils ont interpellé mercredi, quatre personnes dans le quartier du Pile à Roubaix : une médecin, son ex-compagnon et deux employés de pharmacie. Quatre personnes soupçonnées d’avoir délivré de faux pass sanitaires, dont la quantité reste encore à déterminer.

Quatre mois d’enquête

Elles ont été placées en garde à vue, avant d’être relâchées, le jour même pour les employés de pharmacie, le lendemain pour les deux autres. Des gardes à vue qui interviennent quatre mois après le début de l’enquête. C’est la brigade financière et sa division de lutte contre la criminalité financière qui est en charge du dossier. L’enquête se poursuit. Les policiers pensent être face à un trafic bien supérieur à ceux démantelés jusqu’à aujourd’hui.

Ce genre de comportement très, très, très anecdotique jette le discrédit sur toute une profession

Grégory Tempremont, membre de l'URPS des pharmaciens des Hauts-de-France

Ces interpellations font réagir les professionnels de santé. "Il faudrait d’abord savoir quelle est la qualification de ces employés", explique Grégory Tempremont, de l’union régionales des professionnels de santé URPS des pharmaciens, "est-ce que ce sont des pharmaciens qui ont utilisé leur propre carte professionnelle ou bien des préparateurs qui ont subtilisé les cartes de leurs collègues ? En tout état de cause, si les faits sont avérés, il faut que ces personnes soient lourdement condamnées. Ce genre de comportement, très, très, très, anecdotique, jette le discrédit sur toute une profession fortement mobilisée et exemplaire sur les questions des tests et de la vaccination".

"Si un médecin fait des faux pass sanitaires, il doit être poursuivi au pénal et à l’ordinal", déclare Jean-François Rault, président du Conseil départemental du Nord de l’Ordres des médecins. "Nous attendons les conclusions de l’instruction. La justice, de son côté, va faire son travail. Et nous, à partir du moment où on a les éléments, si ça se confirme, c’est un déferrement à la chambre disciplinaire".

Les utilisateurs et vendeurs de faux pass sanitaires risquent jusqu’à cinq ans de prison et 75 000 € d’amende, la sanction est encore plus lourde pour les faussaires. Les professionnels de santé impliqués encourent également une interdiction d’exercer leur profession.

Déjà une affaire à Roubaix

Une affaire de trafic de pass sanitaires avait déjà eu lieu récemment à Roubaix. Le vendredi 17 décembre, un couple de trentenaires roubaisiens comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lille pour faux et usage de faux. Accusés d'avoir vendu jusqu'à 50 faux pass sanitaires pour 100 euros pièce, ils comparaissaient aux côtés d'un de leurs clients, un infirmier réticent à la vaccination obligatoire. Le couple avait été condamné à six mois de prison avec sursis, et les quelque 6 000 euros encaissés grâce à ce trafic saisis. Leur client avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis et à une amende de 1 500 euros.