Agfa va fermer son usine de Pont-à-Marcq, 175 emplois supprimés

Encore une mauvaise nouvelle pour l'emploi dans le Nord. 

Le logo du groupe Agfa
Le logo du groupe Agfa © JONAS ROOSENS / BELGA / AFP

Le communiqué envoyé à la presse est intitulé : "Agfa réorganise sa capacité de production de plaques d'impression pour faire face au déclin de la demande du marché". Mais derrière cette expression se cachent... des suppressions d'emploi.

Le groupe belge Agfa produit à Pont-à-Marcq (près de Seclin dans le Nord) des plaques d'impression Thermofuse, qui permettent d'imprimer en grande quantité. La demande sur ce marché diminue fortement et le coronavirus a aggravé la crise. L'usine qui compte 175 salariés va fermer. Comme celle de Leeds en Angleterre (76 emplois supprimés).

 

 

"Une étape absolument nécessaire"

 

“Fermer deux sites dans différents pays est une décision difficile, mais c’est une étape absolument nécessaire pour maintenir la présence d’Agfa sur le marché offset”, explique Agfa dans son communiqué. "En outre, les prévisions du marché ne laissent entrevoir aucun signe d’amélioration à court ou moyen terme."

Agfa précise que le groupe va chercher des repreneurs et va essayer de "limiter au maximum les conséquences de ce projet en proposant l’accompagnement le plus adapté aux salariés concernés."

 

 

En 2006, le groupe avait déjà supprimé 2000 postes dans le monde. Le siège social et la société mère d'Agfa-Gevaert sont situés à Mortsel, en Belgique. Les principaux sites de production et de recherche du groupe sont situés en Belgique, aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en France, au
Royaume-Uni, en Autriche, en Chine et au Brésil. 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter