Tempête Eunice : 25 000 foyers toujours privés d’électricité dans le Nord et le Pas-de-Calais, le trafic TER reprend difficilement

Publié le Mis à jour le

Après le passage de la tempête Eunice dans le Nord et le Pas-de-Calais, le vent est retombé. Mais les dégâts sont importants.

Au lendemain du passage de la tempête Eunice dans notre région, le réveil est brutal. Dans les rues de Lille, des tuiles et des pots de fleurs explosés jonchent les trottoirs. Plusieurs arbres majestueux sont couchés, de la citadelle jusqu’au centre-ville. Dans le quartier de Saint-Maurice, un tilleul centenaire n’a pas résisté aux rafales et s’est couché de tout son long, bloquant la rue Saint-Gabriel de part et d’autre des habitations.

Un arbre colossal déraciné ou un poids-lourd couché sur l’A26, symboles de la violence des vents qui ont balayé le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme, du littoral jusqu’à la frontière Belge.

C’est d’ailleurs de l’autre côté de celle-ci, à Ypres, qu’un homme de 79 ans habitant sur un bateau de plaisance est décédé après avoir chuté à l’eau en tentant de récupérer des objets qui s’étaient envolés.

Au total, Eunice a fait au moins 14 morts en Europe, dont deux en Belgique. Dans notre région, au moins six personnes ont été grièvement blessées et plus d’une vingtaine légèrement, selon le décompte des pompiers et des préfectures. Par ailleurs, des records absolus ont été battus : 176 km/h relevés au cap Gris-Nez, 152 à Boulogne-sur-Mer et 140 à Dunkerque ou Calais.

450 agents Enedis à pied d'oeuvre

La région n’a pas été épargnée et les dégâts matériels sont nombreux. À 19 heures ce samedi 19 février, 25 000 foyers étaient toujours privés d'électricité dans le Nord et le Pas-de-Calais, contre 75 000 à 8 heures ce matin. Sont essentiellement touchés les secteurs des Flandres, du littoral, de l’Audomarois et de l’Arrageois.

Les pannes sont dues, en grande majorité, aux chutes d’arbres sur des lignes à haute tension. 450 agents sont à pied d’œuvre, accompagnés d’une centaine de prestataires venus d’autres régions de France. Au pic de la tempête, 170 000 foyers n’avaient plus d’électricité dans la région. Une tempête "d’une ampleur exceptionnelle" de l’aveu même d’Enedis, qui rappelle que Sierra en 2020 avait privé d’électricité 20 000 foyers du Nord Pas-de-Calais, soit… 9 fois moins qu’Eunice.

Impossible pour l’heure de connaître l’heure d’un retour à la normale, car des vents violents sont encore attendus, notamment dans la journée du dimanche 20 février.

Le trafic TER reprend progressivement

"De nombreux incidents ont été recensés sur l’ensemble des lignes TER", indique-t-on également du côté de la SNCF. Conséquence : aucun train régional n'a circulé depuis vendredi, midi, jusqu'à ce samedi en début d'après-midi. La reprise est progressive sur l'ensemble des lignes.

Des retards causés par les actions de reconnaissances menées par les agents sur les voies. Parmi les dégâts constatés : arbres couchés sur les voies, débris sur les lignes à haute tension voire même des abris retournés sur les rails.

Pour l’heure, toutes les lignes ont repris petit à petit même si des difficultés persistent sur les lignes Lille-Lens, Lille-Douai et entre Étaples et Saint-Pol. 

Quant à la gare Lille-Flandres, fermée au public vendredi après-midi suite à la chute de morceaux de toiture, elle est de nouveau ouverte. Les TGV circulent normalement. 

A quoi faut-il s’attendre dans les prochaines heures ?

Comme vous l’avez probablement constaté, le calme est revenu. Même si le vent souffle encore dans la région, cela n’a plus rien à voir avec les rafales enregistrées lors du passage d’Eunice. Après une accalmie ce samedi matin, d’autres coups de vents sont attendus dans l’après-midi, autour de 90 à 100 km/h.

Une nouvelle perturbation va traverser la région dimanche 20 février, en fin de journée. Des rafales autour de 110 km/h sont à prévoir. Contactés, les services de Météo France nous indiquent que le Nord et le Pas-de-Calais pourraient de nouveau basculer en vigilance orange dès demain.