Législatives 2022 : entre deux ministres du Nord, Darmanin y va, pas Dupond-Moretti, "les nominations c'est bien, les élections c'est mieux"

Publié le

Gérald Darmanin, était à Tourcoing ce jeudi 5 mai 2022 pour annoncer sa candidature aux législatives "chez lui" dans la 10eme circonscription du Nord. En même temps ou presque, l'entourage du garde des sceaux faisait savoir qu'Eric Dupond-Moretti, l'autre enfant du pays au gouvernement, lui, renonce.

Le ministre de l'intérieur a revêtu son costume de chevalier. A 39 ans, rien ne l'arrête. Dans sa 10ème circonscription du Nord, on a eu beau voter Jean-Luc Mélanchon au premier tour, voire Marine Le Pen dans certains villages, l'ancien maire de Tourcoing y croit dur comme fer. Après tout, c'est Emmanuel Macron qui a été plébiscité ici, au deuxième tour.

Je n’ai pas choisi un combat facile. J’aurais pu aller ailleurs mais je suis d’ici et je ne trahis pas mon territoire. Je l’aime.

Gérald Darmanin, candidat dans la 10ème circonscription du Nord

Depuis 10 ans, les électeurs du Nord lui font confiance et son binôme, Vincent Ledoux explique n'avoir pas hésité une seconde :  " C’est mon souhait. Je suis là en soutien de quelqu’un qui est un talent de la République." Son suppléant, le député sortant Vincent Ledoux est membre du parti de droite pro-Macron "Agir", qui pourrait garder son fauteuil si Gérald Darmanin était élu et reconduit au gouvernement.
La potentielle candidate LR dans la circonscription, Claudine Hue, présente lors de la conférence de presse, a annoncé qu'elle allait "soutenir" le ministre de l'Intérieur, issu de la droite.

conférence de presse de Gérald Darmanin qui annonce sa candidature aux législatives 2022 ©France Télévisions

Dans cette 10 ème circonscription du Nord, Gérald Darmamin sait qu'il va devoir aller séduire parmi les déçus de l'accord LFI/PS, vrai réservoir de voix, selon lui: "Moi je constate que les socialistes ont capitulé, tout comme les écologistes. On sait que dans cette circonscription ce sera un insoumis qui sera investi. Donc pas de socialiste, pas d’écologiste alors qu’il y a plein de gens de gauche qui ne sont pas révolutionnaires mais qui sont pour le progrès social, une sorte de social-démocratie."

"Les nominations c'est bien, les élections c'est mieux"

Fier de partir au combat, le ministre de l'intérieur n'a pas parlé de son collègue de la justice, Eric Dupont-Moretti, qui lui renonce à la 15ème circonscription du Nord. Et pourtant ses mots pourraient sembler le tacler. 

" Effectivement moi il me semble qu’un homme ou une femme politique doit se présenter devant les électeurs quand il exerce des fonctions. Les nominations c’est bien, les élections c’est mieux.  C’est le peuple qui choisit donne la légitimité. C’est en se présentant devant les électeurs qui sont libres de ne pas vous soutenir qu’on a le poids politique ensuite pour porter des choix" a t-il expliqué devant les journalistes réunis à Bousbecque (Nord).

Le garde des Sceaux "n'a pas l'intention de briguer un mandat de député dans le Nord", a indiqué à l'AFP son entourage, alors que des indiscrétions politiques évoquaient une candidature dans la 15e circonscription de ce département dont il est originaire, gagnée en 2017 par Jennifer de Temmerman (ex-LREM).
Une autre ministre pourrait se lancer dans les Hauts-de-France, dans les jours qui viennent. Agnès Pannier-Runacher (Industrie) écume depuis plusieurs mois les rues de Lens, prémices de sa campagne dans le Pas-de-Calais. Barbara Pompilli est, elle aussi, dans les pronostics d'une prochaine candidature. Mais la ministre de l'écologie , ancienne d'EELV, pourrait quitter la Picardie pour Paris. Des annoncent qui interviennent le jour où le parti présidentiel La République en marche change de nom et devient « Renaissance ».