Grève du 7 mars : des ronds-points bloqués pour "passer à la vitesse supérieure" avant les manifestations

Dans le Valenciennois, des ronds-points sont bloqués depuis 4h30, ce mardi 7 mars 2023. À Boulogne-sur-Mer, les abords de la zone portuaire Capécure sont bloqués par des manifestants. Une première pour ce sixième jour de mobilisation contre la réforme des retraite.

Des palettes en feu et des pneus au travers de la chaussée, la circulation totalement coupée. Une centaine de manifestants se sont rassemblés dès 4h30 ce mardi 7 mars 2023 dans la zone industrielle de Prouvy (Nord).

C’est la sixième journée d’action devant la surdité du gouvernement et on avait promis qu’on passerait à la vitesse supérieure, alors c’est parti.

Marc Lambert, secrétaire du syndicat SUD dans le Valenciennois

"C’est la sixième journée d’action devant la surdité du gouvernement et on avait promis qu’on passerait à la vitesse supérieure, alors c’est parti, témoigne Marc Lambert, secrétaire du syndicat SUD dans le Valenciennois. On prend notre part dans les blocages qui vont avoir lieu dans tout le pays, on montre l’exemple à Valenciennes et ça ne fait que commencer".

Conséquence pour les automobilistes : de longues files d’attente se créent à l’approche du rond-point. Selon notre équipe sur place, la majorité des conducteurs bloqués semble compréhensive du blocage en cours. "Même si je dois aller travailler, c’est très bien. Je comprends et je soutiens la mobilisation", témoigne une conductrice.

Bloquer l'économie

Après quelques heures de blocage, les manifestants sont allés occuper le rond-point Saint-Christophe de la Sentinelle. C’est là que les gilets jaunes du Valenciennois s’étaient réunis pour la toute première fois le 17 novembre 2018.

"On est dans une zone d’activité avec un passage fort de camions, décrit Jean-Paul Delescaut, secrétaire de l'union départementale de la CGT du Nord. En bloquant une zone d’activité, vous en avez assez pour ne pas alimenter les entreprises".

durée de la vidéo : 00h00mn29s
Jean-Paul Delescaut, secrétaire de l'union départementale de la CGT du Nord ©Laurie Colinet / Bertrand Théry / FTV

Bloquer l’économie, pour mettre le pays à l’arrêt. Là est tout l’objectif affiché par l’intersyndicale en cette journée de grève générale. "On est sur un blocage reconductible à partir d’aujourd’hui. Demain, il y aura encore des initiatives, puis jeudi, vendredi…. Le temps qu’il faudra, assure le syndicaliste, pour faire comprendre à Macron que sa réforme on n’en veut pas".

Des mobilisations spontanées avant d'aller manifester dans les rues de Valenciennes à partir de 10 heures. Lors de la première journée d'opposition à la réforme des retraites le 19 janvier dernier, 6 000 manifestants avaient été comptabilisés dans la ville, un record.

Les abords de la zone portuaire de Boulogne-sur-Mer bloqués

De l'autre côté de la région, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), les manifestants se sont également levés tôt pour bloquer les accès à Capécure.

Depuis 4 heures ce matin, pneus et palettes en feu bloquent les six ronds-points entourant la zone portuaire. 

Selon les syndicats, 500 personnes se sont postées sur les différents points blocages, obligeant les automobilistes et les chauffeurs routiers à faire demi-tour.

Depuis 9h30, tous ont convergé vers la chambre de commerce et d'industrie pour s'élancer dans le cortège opposé à la réforme des retraites. Le 11 février dernier, à l'occasion de la quatrième journée de mobilisation, 12 500 personnes avaient battu le pavé dans la ville, un record.