VIDÉOS. Valenciennes : l'usine Soufflet Alimentaire touchée par un incendie impressionnant

À 8H30, l'intervention est encore en cours.
Une usine de transformation de céréales appartenant au groupe Soufflet Alimentaire et située à Valenciennes a été touchée par un incendie au cours de la nuit du vendredi 21 au samedi 22 février. L'incendie a été maîtrisé en fin de matinée.
  
Valenciennes : l'usine Soufflet Alimentaire ravagée par un incendie


L'incendie s'est déclaré vers 1H30 et les flammes ont ravagé "un entrepôt de 1.000 mètres carrés contenant des cartons" sur ce "site industriel imbriqué dans le tissu urbain", a annoncé un porte-parole du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS).
 
Valenciennes : les images de l'incendie de l'usine Soufflet Alimentaire


Dans un communiqué, l'entreprise Soufflet Alimentaire indique que "des emballages, du riz et des légumes secs ont brûlé" et que "le système de sécurité incendie a parfaitement fonctionné".
 


Vers 4H20, 78 sapeurs pompiers et 35 engins étaient toujours mobilisés pour combattre l'incendie et à 10H, l'incendie reste sous le contrôle des secours. "Les vannes d'évacuation des eaux vers l'Escaut ont été fermées", précise l'entreprise.
   
 

Pas de traces de pollution


Le sinistre et les fumées ont fait "un blessé léger, un riverain" et ont entraîné l'évacuation de "25 salariés et 20 riverains", qui ont été pris en charge dans une salle mise à disposition par la mairie.
 
Les premières analyses effectuées sur place n'indiquaient "aucune trace de pollution" de l'Escaut, le fleuve au bord duquel le site est implanté. "Pour l'instant, la pollution est contenue sur le site", a souligné le porte-parole du SDIS.

 

Vers un chômage partiel ?


Le maire de Valenciennes Laurent Degallaix a salué "le travail remarquable des forces de secours". "La solidarité a joué à plein", a-t-il souligné, signalant que c'est une maison de retraite située à proximité qui a accueilli les riverains et les salariés évacués.
 
"C'est la partie stockage du site qui a été touchée, pas le silo de production, ce qui est un demi-mal", a-t-il estimé. "Cela va certainement entraîner une baisse d'activité et du chômage partiel. Nous serons au côté des dirigeants et des salariés pour que cette période soit la moins longue possible".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers