• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. Métropole lilloise : un mouvement de soutien se forme autour d'un jardinier algérien menacé d'expulsion

© FRANCE 3 & COMITÉ DE SOUTIEN À MOHAMMED LAKEL / FACEBOOK
© FRANCE 3 & COMITÉ DE SOUTIEN À MOHAMMED LAKEL / FACEBOOK

Mohammed Lakel a été placé mardi 6 août en rétenue administrative.

Par Q.V avec Ali Benbournane

Voilà près de dix jours que Mohammed Lakel, ressortissant algérien, a été placé en retenue administrative et les soutiens s'organisent dans la métropole lilloise pour empêcher son expulsion.

Plusieurs dizaines de personnes se sont mobilisées et se sont rassemblées mercredi matin en faveur du jardinier, arrivé en France en 2012. "Ça prouve que Mohammed a vraiment réussi à réunir autour de lui une grande diversité de soutiens" souligne une membre du comité.
 
Lille : un mouvement de soutien se forme autour d'un jardinier algérien menacé d'expulsion
Louisette Fareniaux, militante au MRAP ; Marcel Marchand, membre du comité de soutien  - France 3 Nord-Pas-de-Calais - Reportage d'Ali Benbournane et Jean-Christophe Raczy. Montage de Rémi Pohier.

"Il a le moral, il y a des hauts et des bas, mais toutes les marques de soutien, de sympathie, le renforcent dans sa volonté de tenir le coup"confie un autre, qui a pu s'entretenir avec le principal intéressé.
 

 

La réponse du préfet


La préfecture du Nord a publié mercredi après-midi un communiqué dans laquelle le préfet revient sur la situation du ressortissant algérien, expliquant que "sa demande d'asile a été rejetée à la fois par l'Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (...) en 2013, puis par la Cour nationale du droit d'asile en 2014".

"Monsieur Lakel a fait l'objet d'une première obligation de quitter le territoire français (OQTF) en mars 2015 à laquelle il ne s'est pas soumis" peut-on également lire. La préfecture confirme avoir bel et bien reçu une délégation des associations soutenant Mohammed Lakel, mais affirme que "les éléments fournis ne permettent pas de suspendre la mesure de rétention et d'éloignement".
 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus