Cet article date de plus de 4 ans

Soutien aux migrants à Calais : les manifestants bloqués par la police

La Coalition internationale des sans-papiers et migrants a décidé de maintenir la manifestation prévue ce samedi malgré l'interdiction de la préfecture et du tribunal administratif. Les forces de l'ordre bloquent les manifestants présents à Calais et ceux venant de Paris. 
© Gonzague Vandamme/FR3
Partis depuis la porte de la Chapelle à Paris à 7h30 ce matin pour participer à une mobilisation concernant les migrants à Calais, les bus des manifestants de la Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM) ont été bloqués par la police à la gare de péage de Setques (Pas-de-Calais).

Une porte-parole du CISPM a indiqué que les quatre autocars avaient été immobilisés environ deux heures et avaient été contraints de faire demi-tour et de retourner vers Paris. "Nous condamnons cette entrave à la liberté de circulation", a déclaré cette représentante du collectif.

Les manifestants se trouvant à Calais ont quant à eux été retenus à la sortie de la Jungle de Calais par les forces de l'ordre. Des échauffourées ont éclaté avec des jets de cailloux et des pierre de la part des migrants, tandis que les forces de l'ordre ont répliqué avec le jet de gaz lacrymogènes et en utilisant le canon à eau.
© Gonzague Vandamme/FR3 Nord Pas de Calais

Mercredi, la préfecture avait décidé d'interdire cette manifestation en lien avec la question des migrants, qui devait partir de la "Jungle" pour atteindre le centre de la cité portuaire.

Selon la Préfète, une telle mobilisation présente un risque important d’affrontement entre les militants d’extrême-gauche et les militants d’extrême-droite présents dans le Calaisis et des forces de polices insuffisantes pour assurer la sécurité du cortège. Des débordements auraient également été constatés lors de précédentes manifestations. 

Extrait de la décision préfectorale interdisant la manifestation
Extrait de la décision préfectorale interdisant la manifestation © France 3 NPDC
La Coalition internationale des sans-papiers et migrants avait déposé un recours au tribunal administratif de Lille pour contester la décision de Fabienne Buccio : 

"Nous pensons que nous sommes injustement discriminés et vu l'ambiance qui prévaut à Calais, la CISPM a de gros doutes sur l'impartialité et la neutralité de Madame la Préfète du Pas-de-Calais".

Le tribunal administratif a pris la décision de rejeter la requête de la CISPM, qui a malgré tout décidé de faire front et de maintenir la manifestation ce samedi.

Vu d’Angleterre : Les associations inquiètes pour les mineurs
The Guardian a publié aujourd’hui un reportage sur la menace supplémentaire que fait peser sur les migrants mineurs la fermeture annoncée du camp. "Les volontaires des associations de charité et de prévention du VIH ont constaté des dégâts psychologiques chez la plupart des enfants réfugiés, après que François Hollande ait confirmé la fermeture de l’immense camp de réfugiés du Nord de la France.", écrit le journaliste Mark Townsend. Il rapporte des témoignages de mineurs que cette annonce décourageante pousse à envisager le suicide ou la mutilation. Au moins 1000 mineurs non-accompagnés vivent actuellement dans le camp, particulièrement vulnérables à la violence et à la pression créée par la situation des migrants de Calais. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration manifestation social vie associative