Hénin-Beaumont : des militants s'opposent physiquement à l'abattage de tilleuls

Il faut sauver les tilleuls de la rue Berlioz à Hénin-Beaumont, disent-ils. Ce jeudi, des élus d'opposition et militants écologistes se sont mobilisés pour empêcher l'abattage de ces arbres. Sur fond de guerre politique permanente.

Pour eux, impossible de laisser faire. Impossible de laisser la quarantaine d'arbres qui bordent cette petit rue d'Hénin Beaumont disparaitre sans rien dire. Alors, ce jeudi matin ils étaient une vingtaine de militants (citoyens, élus d'opposition, militants écolos...) réunis à la hâte pour bloquer les engins d'abattage. Ils ont pénétré à l’intérieur du périmètre de sécurité pour gêner les travaux.

"En cas de canicule, c'est un patrimoine de biodiversité, une ressource contre le réchauffement climatique, explique Marine Tondelier, éleue EELV. Ce sont des arbres centenaires. On peut en planter trois à la place de chaque arbre, ça mettra des dizaines d'années à avoir le même effet. C'est très choquant. Malheureusement, on n'a pas d'autres moyens de faire pour s'opposer à ça que de venir physiquement, être sur place, surveiller."

Travaux suspendus

Fin avril pourtant, saisie en référé, la justice avait ordonné en référé la suspension de l'opération décidée par la municipalité FN dirigée par Steeve Briois. Mais ce mercredi, en fin de journée, un nouvel arrêté a été pris par le maire pour abattre ces arbres qui seraient malades et dangereux. Une décision qui divise les habitants du quartier. 

Pourtant présent sur les lieux, les représentants de la mairie, eux, ont refusé de répondre à nos questions parlant de manipulation politique de leurs opposants. Un huissier s'est rendu sur place. Les travaux d'abattage ont été suspendus. Un recours en référé contre l’arrêté municipal a été déposé. Il sera examiné par le tribunal administratif de Lille, ce vendredi.