À Beauvais, un lycéen de 15 ans en garde à vue après avoir agressé son professeur : les élèves décrivent un climat tendu au sein de l'établissement

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eline Erzilbengoa avec Narjis El Asraoui
Le lycée Jean-Baptiste Corot à Beauvais.
Le lycée Jean-Baptiste Corot à Beauvais. © FTV

Mardi 30 novembre, un professeur du lycée Jean-Baptiste Corot à Beauvais a été agressé par l'un de ses élèves après lui avoir adressé une remarque. Celui-ci âgé de 15 ans a été placé en garde à vue. Le président de Région Xavier Bertrand s'est rendu sur place.

Ce n'est malheureusement pas la première fois que ce genre de faits se produit dans cet établissement. Mardi 30 novembre, dans la matinée, un professeur d'EPS du lycée professionnel Jean-Baptiste Corot à Beauvais a été agressé par l'un de ses élèves pour lui avoir adressé une remarque. 

Avant le cours, le professeur lui aurait demandé de retirer sa casquette et sa sacoche pour entrer dans le gymnase. L'élève âgé de 15 ans l'aurait alors rué de coups et menacé de mort.

Suite à cette agression, l'adolescent a été interpellé puis placé en garde à vue. Le professeur de sport, âgé d'une quarantaine d'années, est légèrement blessé et dit être marqué psychologiquement. Il a immédiatement déposé plainte. 

La seconde agression en une semaine

Une semaine plus tôt, la conseillère principale d'éducation (CPE) de ce même lycée a également violemment bousculée et frappée.

Ces agressions interviennent dans un contexte de tension décrit par le personnel éducatif et les élèves. Plusieurs altercations et échauffourées ont en effet été constatées : notamment des conflits entre certains élèves et d'autres jeunes de Méru extérieur au lycée. "Je ne comprends pas ce qu'il se passe en ce moment, c'est inadmissible, il n'y a plus de respect mutuel, nous confie l'un des lycéens. Je n'arrive plus à travailler en ce moment, je ne suis pas concentré, on est chamboulé. Ce n'est pas normal."

Mardi 30 novembre, tous les professeurs du lycée ont invoqué leur droit de retrait. Les cours ont donc été suspendus dans l'après-midi et ont repris en partie le lendemain matin.

"Un lycée doit rester un sanctuaire"

Une équipe de sécurité mobile a été déployée dans le lycée par le rectorat. Une cellule d'écoute a été mise en place et le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, s'est rendu dans l'établissement dans la matinée du mercredi 1er décembre. 

"Quand on vient dans un lycée c'est pour que ce soit un sanctuaire, que l'on puisse enseigner et apprendre sans qu'il y ait ces actes de violence. Il faut savoir exactement ce qu'il s'est passé et savoir quelles sont les réponses qui doivent être apportées. On le voit bien, il y a deux choses ici : des rivalités entre jeunes qui se battent, c'est pour ça qu'il y a les forces de l'ordre, et un jeune qui tape sur son professeur et donc à ce moment-là, il faut qu'il y ait des sanctions", a-t-il déclaré.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.