Déconfinement : dans l'Oise, une caméra installée dans une école pour contrôler la température des élèves

Le mardi 2 juin, la mairie de Saint-Paul installera une caméra thermique pour l’ouverture de son école élémentaire. Elle signalera toute personne qui ne porte pas de masque, ou dont la température dépasse les 37,5 degrés.

La caméra thermique a été testée à l'hôtel de ville de Saint-Paul (Oise) avant d'être installée à l'entrée de l'école.
La caméra thermique a été testée à l'hôtel de ville de Saint-Paul (Oise) avant d'être installée à l'entrée de l'école. © NTI Solutions
Dès le mardi 2 juin à Saint-Paul (Oise), il ne sera plus possible de franchir les portes de l’école élémentaire sans être averti en cas de non-port d’un masque de protection, ou d’une température excédant les 37,5 degrés. Gérard Hédin, maire de la commune depuis près de 40 ans, est à l’initiative de cette démarche : "On sait qu’il est difficile de mettre en place les gestes barrières dans les écoles. Nous souhaitons sécuriser au maximum les parents, accompagnants, les enseignants et les enfants."


"Cela permet aux gens d’être rassurés"

Ce système se matérialise par une sorte de totem comportant deux caméras. La première détecte la température corporelle, tandis que la deuxième détecte le port du masque. En l’absence de ce dernier, une alerte sonore le notifie immédiatement. Installée depuis ce lundi 25 mai pour une phase de test à l’hôtel de ville, Gérard Hédin se dit satisfait : "C’est extraordinaire. Pour l’installer, il suffit d’une prise sur laquelle la brancher."

S’il ne s’agit pas d’un dispositif miracle pour détecter d’éventuels cas positifs au Covid-19, la présence de cette caméra thermique a pour vocation de s’ajouter aux autres gestes barrières. "Ça permet aux gens d’être rassurés, assure l’édile. Son installation est accueillie avec beaucoup de satisfaction par les habitants."
 

"Les constructeurs se sont adaptés"

NTI Solutions, une entreprise beauvaisienne, commercialise ces caméras produites par plusieurs fournisseurs pendant la crise. "Le contexte fait que les constructeurs se sont adaptés et ont fait évoluer leurs logiciels de caméras thermiques, qui existaient déjà, afin de donner directement les informations par le biais de messages vocaux", explique Frédéric Cronnier, directeur de l’entreprise.

A la base, cette entreprise de vidéoprotection fournit une cinquantaine de villes sur le département, disposant ainsi d’un réseau bien établi localement. Pour le moment, cinq communes de l’Oise ont choisi d’équiper leur mairie de cette caméra thermique, dont le coût est de 3900 euros.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement technologies économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter