Agression d'un étudiant israélien dans le métro à Paris : un mineur de l'Oise déferé devant la justice

L'agression s'est produite sur la ligne 4 du métro parisien, à la station Château d'eau. / © Simon Daval / MAXPPP
L'agression s'est produite sur la ligne 4 du métro parisien, à la station Château d'eau. / © Simon Daval / MAXPPP

Un jeune homme de 17 ans a été placé en garde à vue le mercredi 11 décembre après l'agression d'un étudiant israélien dans le métro parisien le 9 décembre. Le suspect résiderait dans un foyer éducatif du bassin de Creil (Oise), selon une source judiciaire.

Par Valentin Pasquier

Un jeune homme de 17 ans a été interpellé et placé en garde à vue à Paris le mercredi 11 décembre dans le cadre d'une enquête concernant une agression dans le métro survenue deux jours auparavant. À l'issue de sa garde à vue ce 12 décembre, ce mineur a été déféré au parquet de Paris en vue de sa présentation à un juge des enfants le lendemain matin.

Selon une source judiciaire, le suspect réside dans un foyer de Nogent-sur-Oise (Oise), près de Creil. Une enquête a été ouverte à son encontre, du chef de violences aggravées. Les qualifications, pour le moment incertaines, pourraient comprendre un caractère antisémite et celui de violences commises en réunion. Ce jeune "est déjà connu sur le plan judiciaire," souligne cette même source.
 

Deux agresseurs

Tôt le matin ce lundi 9 décembre, un étudiant israélien d'une trentaine d'années a été frappé par deux hommes à la station Château-d'eau du métro de Paris, dans le Xe arrondissement de Paris. Il s'exprimait alors en hébreu au téléphone dans la rame. Identifié grâce aux caméras de surveillance de la RATP, l'un des supects a pu rapidement être interpellé.
   
Secouru par des passagers de la rame après son agression, la victime souffre d'une fracture du nez et d'une plaie ouverte au visage. Hospitalisé, on lui a prescrit cinq jours d'interruption totale de travail (ITT). L'enquête, confiée à la sûreté régionale des transports (SRT), poursuit son cours. Elle cherchera notamment à identifier le deuxième homme qui accompagnait dans ses méfaits le mineur interpellé.
 

Sur le même sujet

Les + Lus