Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du débat entre les 7 candidats à la mairie de Creil

Publié le Mis à jour le

Mercredi 11 mars 2020, dans le cadre du 1er tour des élections municipales 2020, France 3 Picardie vous proposait un débat entre les prétendants à la mairie de Creil dès 21h05. Voici ce qu'il fallait en retenir.

 

Le 1er tour des élections municipales a lieu le 15 mars prochain. Sur France 3 Picardie, après Abbeville, Saint-Quentin, Beauvais et Soissons, les deux débats du mercredi 11 mars s'intéressent aux élections municipales à Creil et Amiens.

Au total, le réseau régional de France 3 vous propose près de 300 débats :
 

Les candidats à Creil 

Pour le débat des municipales à Creil, qui sera présenté par Mickaël Guiho, sept candidats débattrons sur notre plateau : 
  • Mohamed Assamti, LFI, liste "Creil insoumise";
  • Brahim Belmhand, DVC, liste "Initiative ensemble";
  • Hicham Boulhamane, DVC-alliés, liste "Génération Creil";
  • Jean-Claude Villemain, maire de Creil, PS, liste "Ensemble allons plus loin";
  • Thierry Brochot, EELV, liste "l’écologie pour Creil";
  • Michaël Sertain, LR, liste "Changeons l’avenir de Creil";
  • Roland Szpirko, LO, liste "Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs".
Ce débat sera pour vous l’occasion d’entendre et d’estimer les idées phares du programme des candidats sur trois thématiques jugées quasi-unanimement prioritaires pour la ville : le logement, la sécurité, l’attractivité.

►Retrouvez le débat dans son intégralité : 
Municipales 2020 : le débat entre les candidats de la ville de Creil ©FTV


Le logement, et attractivité

L’une des particularités structurelles de Creil réside dans sa part de logement social : environ 60%. Un état de fait qui résulte de l’histoire industrielle de la ville, avec l’immigration ouvrière dans les années 1960, cette main d’œuvre accueillie dans des quartiers construits pour elle. Mais avec le temps, la pauvreté s’est installée, avec un taux de 38% dans la ville (dans le triste top 10 français) avoisinant même 60% sur le Plateau, quartier le plus défavorisé.

Dans ce contexte, certains candidats dénoncent aujourd’hui l’insalubrité de nombreux logements, une opacité dans leur attribution, ou encore le besoin de créer de la mixité sociale. 

Pour Jean-Claude Villemain, maire sortant de Creil, PS, liste "Ensemble allons plus loin", il ne faut pas envisager le problème par le seul prisme du logement mais y associer d'urbanisme et d'infrastrutures. Il espère beaucoup du barreau Creil-Roissy et souhaite poursuivre la politique de logement social engagée depuis son élection et favoriser la mixité sociale. Dans son programme, la construction de 700 à 800 logements. 

Hicham Boulhamane, DVC-alliés, liste "Génération Creil", évoque l'opacité dans l'attribution des logements sociaux. Pour plus de transparence, il propose la mise en place d'une commission d'attribution anonyme, basée sur des points en fonction de l'ancienneté, de la compostion familiale ou le handicap.

Même constat chez Mohamed Assamti, LFI, liste "Creil insoumise", qui envisage que les logements sociaux soient attribués par une commission extra-municipale indépendante. Il déplore par ailleurs que Creil soit devenue une ville dortoir et que beaucoup de logements soient insalubres. Il souhaite un moratoire sur la construction de logements publics et privés pour faire état des lieux des besoins de rénovation. Car selon lui, la construction de logements nouveaux nécessite des écoles, des infrastructures de loisirs, de commerces que Creil n'a pas pour le moment.

Thierry Brochot, EELV, liste "l’écologie pour Creil", est favorable à ce que l'attribution des logements soit transparente et basée sur un système de points fonction de la composition familiale, de la surface, des revenus. Il souhaite également que les Creillois puissent intervenir dans l'attribution via un tirage au sort pour siéger à la commission. 

Michaël Sertain, LR, liste "Changeons l’avenir de Creil" insiste sur le manque de transparence des attributions. Mais il estime qu'aider une famille à avoir un logement social plus vite que prévu fait partie des devoirs d'un maire. Concernant le logement privé, il dénonce le manque d'entretien de certains bailleurs qui ont pourtant été exonérés de taxe foncière. Selon lui, ces bailleurs attendent les plans de rénovation urbaine pour entretenir leur parc. 

Pour Roland Szpirko, LO, liste "Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs", il n'y a pas assez de logements sociaux. Résultat : les Creillois n'ont plus accès qu'au parc privé à des prix élevés. Et c'est à ce problème qu'il faut s'attaquer.

Enfin, adjoint à l'urbanisme, Brahim Belmhand, DVC, liste "Initiative ensemble", propose d'instaurer un système de points pour attribuer les logements sociaux. Il souhaite mettre en place une traçabilité numérique des dossiers de demande. Il souhaite développer l'accession à la propriété et s'attaquer les marchands de sommeil.

La sécurité

Pour Jean-Claude Villemain, maire sortant de Creil, PS, liste "Ensemble allons plus loin", il faut 30 policiers municipaux qu'aujourd'hui. Mais c'est à l'Etat de gérer la sécurité des Français. Il demande ainsi davantage de présence de la police nationale.

Hicham Boulhamane, DVC-alliés, liste "Génération Creil", propose la mise en place d'une police municipale 7j/7 et 24h/24 et donc embaucher des policiers municipaux ou revoir l'organisation actuelle. Michaël Sertain, LR, liste "Changeons l’avenir de Creil"  souhaite un policier municipal pour 1000 habitants, un chiffre égal à la moyenne nationale. Il faudrait pour cela multiplier le nombre actuel par trois.

Brahim Belmhand, DVC, liste "Initiative ensemble" estime que le point noir dans la ville, c'est la gare. Il souhaite pour sécuriser les lieux quotidiennement plus de policiers municipaux et donc des embauches.

Thierry Brochot, EELV, liste "l’écologie pour Creil", ne veut pas davantage de police municipale mais plutôt une "présence humaine de terrain" comme une brigade de médiation et de tranquilité publique. Mais il estime que la racine de l'insécurité à Creil c'est l'échec scolaire, la déscolarisation et le chômage de masse chez les jeunes Pour lutter contre cela, il prpose un "plan Marshall" pour la jeunesse avec de la formation, des aides à la recherche d'emploi et de l'insertion.

Mohamed Assamti, LFI, liste "Creil insoumise" propose la nomination d'un adjoint à la sécurité et la mise en place d'une police municipale de proximité sans pour autant augmenter le nombre d'agents.

Pour Roland Szpirko, LO, liste "Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs"

Autre fait marquant : près de la moitié de la population creilloise n’a pas 30 ans. Or le chômage, à 25% dans la ville, touche davantage encore la jeunesse. 65% des 18-24ans ne sont plus scolarisés. Et le Plateau de Creil, gangréné par les trafics et la délinquance, a été placé par le ministère de l’intérieur parmi les 30 « quartiers de reconquête républicaine ». L’été dernier, 15 agents de police nationale supplémentaires ont été affecté à la ville. Toujours trop peu, selon le maire.
 
durée de la vidéo: 00 min 54
Municipales 2020 : fiches d'identité de Creil ©France 3 Hauts-de-France


Alors faut-il recruter davantage de policiers municipaux, comme pour combler ce manque ? Faut-il plutôt miser sur la pédagogie et le dialogue, en déployant de nouveaux médiateurs sociaux et en renforçant la « brigade verte » ? Et que faire pour éduquer, éveiller, former, récompenser, rendre fière… la jeunesse creilloise ?

Certains Creillois assument la dimension "dortoir" de leur ville. Ils sont nombreux à travailler en région parisienne, à faire leurs courses dans les zones commerciales du sud-Oise, et donc à se contenter notamment de la faible diversité de commerces présents en centre-ville.

Pourtant, la plupart des candidats à la mairie ont d’autres ambitions pour Creil : un projet de port fluvial ou encore de plateforme multimodale et logistique ; des bus gratuits ou des "bus à haut niveau de service" ; divers dispositifs pour attirer de nouveaux commerces et favoriser l’entrepreneuriat… Chacun délivrera son message essentiel, pour l’embellissement de l’aspect et de l’avenir de la ville.
 

Les 15 et 22 mars, les soirées électorales en région dès 19h55

À l'occasion des deux tours de scrutin qui ont lieu les 15 et 22 mars, les deux soirées électorales organisées par France 3 débuteront dès 19h55 pour une première tranche régionale jusqu'à 21h, puis de 21h15 à 22h et enfin de 22h15 à 23h pour les tout derniers résultats. Et sur le site internet de France 3 Hauts-de-France, vous pourrez retrouver les résultats des communes qui vous intéressent, ainsi que les réactions des candidats et les analyses du vote.

Pour la Picardie, 2 autres débats sont encore prévus sur nos antennes le 18 mars, 2 débats qui seront choisis en fonction des résultats du 1er tour : présentation des candidats, décryptages et échanges entre les candidats aux municipales dans les grandes communes des deux territoires.