La fédération LR de l'Oise placée sous tutelle : "cela va au moins permettre d’éclaircir certaines positions"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Roussel

La nouvelle a été annoncée mardi 21 juin lors du bureau politique. Elle sonne comme un rappel à l’ordre pour la fédération LR de l’Oise, qui passe désormais sous tutelle des instances nationales du parti.

Depuis le 21 juin 2022, la fédération LR de l'Oise est placée sous tutelle des instances nationales. En cause : non pas des dérives financières, mais bien "un défaut de gouvernance". Après le ralliement d’Eric Woerth, en février dernier, à la macronie, c’est au tour d’Edouard Courtial de se rapprocher dangereusement, selon son parti, de la ligne rouge.

Edouard Courtial, trop proche d’Emmanuel Macron ?

Le sénateur de l’Oise, qui avait pris la succession d’Eric Woerth à la tête de la fédération isarienne, n’aurait pas affiché un soutien suffisamment clair aux candidats LR lors des récentes élections législatives. Autre reproche : Edouard Courtial ferait partie de ces hommes politiques de droite partisans d’un pacte de gouvernance avec la majorité présidentielle, ce qui ne plaît pas à la direction des Républicains.

Pour l’heure, l’ancien président du conseil départemental de l’Oise n’a pas répondu à nos nombreuses sollicitations. Pas plus qu’un certain nombre d’élu(e)s LR de l’Oise. Le sujet serait-il sensible ?

Pour Jérôme Bascher, conseiller départemental et sénateur de l’Oise, cette mise sous tutelle n’est pas une surprise : "nous ne sommes pas tombés des nues. C’est même assez logique. Rien de personnel contre Edouard Courtial, ce n’est pas une exclusion. Mais ça va nous permettre de clarifier notre ligne".

La main tendue d’Emmanuel Macron, toujours en quête d’une majorité, aux parlementaires de droite ? "On va voir si son changement d’attitude est réel ou si ce sont encore des paroles", ajoute Jérôme Bascher. "Il n’a manifesté aucune confiance envers LR pendant toute la mandature qui vient de s’achever."

Jérôme Bascher, sénateur de l'Oise, réagit à la mise sous tutelle de la fédération LR de l'Oise ©FTV

Maxime Minot, réélu député de la 7e circonscription de l’Oise le 19 juin dernier, se dit quant à lui surpris par cette mise sous tutelle : "nous avons été mis devant le fait accompli. Je suis surpris et dans le brouillard total". Même s’il reconnaît lui aussi que "cela va au moins permettre d’éclaircir certaines positions".

Quant à Eric Woerth, ancien secrétaire général des Républicains, il observe cette querelle interne de loin, déclarant sobrement : "c'est étrange et navrant".

Un nouveau bureau élu à l’automne prochain

Concrètement, et jusqu’à nouvel ordre, la fédération de l’Oise ne peut plus faire aucune dépense, ni convoquer aucune réunion, sans la signature de Paris. Car en temps normal, c’est au secrétaire départemental qu’incombe cette responsabilité.

Un nouveau bureau fédéral de l’Oise devrait être élu à l’automne prochain, fin octobre ou début novembre. Les deux parlementaires qui ont accepté de s’exprimer sur le sujet s’accordent à dire qu’il faudra que le nouveau président soit très clair sur ses intentions : ni alliance, ni négociation avec LREM. "Les électeurs qui ont voté pour nous n’ont pas voté pour le président de la République", affirme Jérôme Bascher.

Mais pour l’heure, aucun élu local n’ose encore se déclarer comme potentiel candidat à la présidence de la fédération LR de l’Oise.