• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Draguer la Baie d'Authie, la nouvelle solution pour lutter contre l'érosion ?

De nouveaux projets pour protéger le bois de Sapins en Baie d'Authie / © SOS Baie d'Authie
De nouveaux projets pour protéger le bois de Sapins en Baie d'Authie / © SOS Baie d'Authie

Un projet de dragage est à l'étude pour lutter contre l'érosion face au Bois de Sapin en Baie d'Authie. Il a été évoqué lors de l'assemblée générale de l'association SOS Baie d'Authie : 200.000 m3 de sable dragué pour maintenir la dune du Bois de Sapins qui disparait.

Par Isabelle Girardin

Les délégués de la communauté d’agglomération des deux baies en Montreuillois - CA2BM - donnent leur feu vert à un prélévement de 200 000 m3 de sable par dragage. C'est une nouvelle opération de protection contre l'érosion au bois de sapins à Groffliers, en Baie d'Authie.

Cette zone de dunes plantée de pins est depuis plusieurs années soumise à une forte érosion, avec un recul moyen de 12 mètres par an.  Le lit de l'Authie se déplace au gré des mouvements de sable, des tempêtes et des grandes marées. On redoute la création d'une brèche qui permettrait à la mer d’entrer dans les terres. De nombreuses opérations se sont succédées. La dernière : un rechargement régulier de 35 000 m3 de sable, prélevé sur la plage de Berck et acheminé sur place par camion.
 
Réensablement du bois de sapins en baie d'Authie

Un comité de suivi a été mis en place fin décembre pour  trouver une solution plus pérenne et accélérer les procédures.
 

Un dragage inscrit dans un projet global

Ici, le sable dragué sera envoyé vers le bois de sapins, pour "reconstituer" une dune. Ces travaux sont estimés à 3 millions d’euros. Mais associé à ce dragage, "un énorme tube géo-textile rempli de sable pourrait aussi être implanté face au Bois de Sapin. C'est du moins l'une des hypothèses envisagées, les études sont toujours en cours" selon Daniel Moitel, président de l'association SOS Baie d'Authie.

Dans les prochaines semaines, après le comité de suivi du 14 mars, un appel d'offre pour choisir le groupement d'entreprises sera lancé. Tout devrait être décidé avant l'été.
 

 


 

Plages qui rétrécissent, falaises qui se morcèlent...

L’érosion est un phénomène naturel que l’on retrouve sur toutes les côtes maritimes. Ce que l’on appelle le trait de côte, c’est à dire la limite entre la terre et la mer, n’est donc pas quelque chose de figé mais plutôt une ligne en mouvement au fil du temps.

En Baie d’Authie, l’érosion entraîne un rétrécissement du cordon dunaire et un recul du trait de côte. On y redoute actuellement la création d’une brèche qui, sans le cordon dunaire, risque de provoquer une submersion marine : cela signifierait le déversement d’eau salée sur les terres agricoles, rendant les sols infertiles. On estime que le trait de côte a reculé de 245 mètres depuis 1965.

Les terrains, situés dans l’arrière-pays, se trouvent en dessous du niveau de la mer et le risque d’inondation est important.

À chaque saison, ses nouveaux travaux de rechargement en sables qui coûtent très chers aux communes. En attendant de trouver une solution pérenne, si c'est possible...
 

A lire aussi

Retour sur le 18 mai et l'au revoir d'Anne-Sophie Roquette au LOSC

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer