Renault et Minth veulent créer 270 emplois pour la fabrication de pièces de véhicules électriques

Publié le Mis à jour le

C’est sur le site de Ruitz près de Béthune que Renault a décidé d’implanter sa future usine, Renault "ElectriCity" où elle fabriquera les bacs de batteries qui équiperont les véhicules électriques assemblés dans ses usines des Hauts-de-France.

Le Groupe Renault et son partenaire chinois Minth ont annoncé un protocole d’accord qui vise à créer une co-entreprise. Cet attelage s’installera dans l’ancienne usine STA de Ruitz qui, aujourd’hui, fabrique des boîtes de vitesses pour les véhicules hybrides de Renault, et à terme ce sont plus 300 000 bacs de batteries qui sortiront des lignes de productions de l’usine Béthunoise.

Qu'est-ce un bac de batteries ?

Un bac de batteries est un ensemble de pièces en aluminium soudées par friction pesant  entre 50 et 70 kilos et qui pourra recevoir les modules qui constituent le pack de batteries. Pour Luciano Biondo, le directeur du pôle ElectriCity de Renault, "il s’agit d’une pièce essentielle pour la structure de la voiture et qui demande un véritable savoir-faire technique dont est capable l’usine de Ruitz."

Une déclaration d’intention  

Pour le responsable de Renault ElectriCity, le projet avance dans le bon sens, le choix du partenaire a été crucial, il explique pourquoi : "nous travaillons sur ce projet depuis plus d’un an avec le chinois Minth qui est un  des leader en matière de technologie sur le marché et nous souhaitons rendre le projet plus visible car pour l’instant ce n’est qu’une déclaration d’intention en vue de créer une co-entreprise", explique  Luciano Biondo.

Tout n’est pas encore fait, il faut convaincre les représentants du personnel de l’usine de Ruitz. "Nous avons déposé nos propositions auprès des élus du comité économique et social de l’usine de Ruitz et nous avons prévu de nous revoir dans les prochains jours afin connaître le résultat de la consultation sur la création de cette co-entreprise", explique plutôt confiant Luciano Biondo.

Ce n’est que la première étape d’un processus qui prendra du temps, il faudra régler tous les termes juridiques de la création de cette co-entreprise et Renault ElectriCity espère aboutir à un accord avec le chinois Minth d’ici la fin de l’année avant d’entamer la phase de fabrication des bacs.

Un pôle Electrique en Hauts-de-France

Aujourd’hui, Renault fait fabriquer les bacs de batteries de sa Megane E-Tech en Serbie, "ce qui n’est pas idéal en matière d’empreinte carbone", avoue le directeur du pôle EletriCity. Mais Renault espère surtout profiter de ces usines de Maubeuge et de Douai pour être encore plus compétitif sur le marché prometteur de l’électrique.

L’Europe et la France souhaitent sortir du moteur thermique dès 2035, d’ici là des progrès considérables en matière d’autonomie des batteries sont à espérer. Les consommateurs attendent de leur côté une baisse des prix.