Au salon de l'agriculture, l'annonce d'Emmanuel Macron pour les pêcheurs

A peine arrivé au Salon de l'agriculture samedi 25 février, Emmanuel Macron a réservé sa première annonce aux pêcheurs, à savoir la prolongation jusqu'en octobre de l'aide financière qui leur est accordée pour faire face à la hausse des prix du carburant.

Venu à la rencontre des professionnels de la pêche de bon matin, avant même d'inaugurer officiellement le salon, le chef de l'État s'est engagé à "protéger la filière pêche, au nom de la souveraineté alimentaire française", selon le président du Comité national des pêches Olivier Le Nezet.

Ce soutien se traduira dans un premier temps par une prolongation de "l'aide au carburant" qui "reste de 20 centimes (hors taxe) par litre de gazole jusqu'à fin octobre" puis par la mise en place d'un "contrat stratégique de filière" attendu en octobre, a-t-il précisé.

La prolongation de cette aide qui devait prendre fin à la mi-mai est une manière de "donner de la visibilité" au secteur de la pêche, "en attendant la conclusion du contrat stratégique de filière entre tous les acteurs", a fait valoir le secrétaire d'État à la Mer Hervé Berville.

Le coût de cette mesure est d'"environ 2,5 millions d'euros par mois", a-t-il spécifié, soulignant que la France était aujourd'hui le "seul pays qui soutenait à ce niveau-là" ses professionnels de la pêche. Mi-février, Hervé Berville avait annoncé une prolongation de ce coup de pouce, mais avec un montant dégressif, ramené de 20 à 10 centimes d'ici à la mi-mai.

Ce dispositif avait été mis en place initialement par le gouvernement de Jean Castex dans le cadre du "plan de résilience" visant à aider les entreprises à faire face aux conséquences économiques de la guerre en Ukraine. Alors qu'il devait expirer fin juillet, il a donc été prolongé à plusieurs reprises depuis.  

  "Bons élèves"


Cette pérennisation était une demande forte de la filière, durement affectée par la crise sanitaire, celle du Brexit - qui verra quelque 90 navires français partir à la casse contre indemnisation - et celle, durable, de la flambée des prix du gazole.

"Nous sommes engagés pour la décarbonation du secteur, mais cela se fera dans le temps", cette aide carburant étant "nécessaire et légitime, quand on connaît la dépendance des armements, avec un gazole qui pèse jusqu'à 40% du chiffre d'affaires" d'un navire, a plaidé Olivier Le Nezet.

Les professionnels se sont dits "rassurés" par leur échange avec le président qui, selon eux, est par ailleurs "déterminé à s'opposer" au plan proposé mardi par la Commission européenne pour éliminer progressivement, d'ici à 2030, le chalutage de fond dans les aires marines protégées.

"Le président de la République a indiqué très clairement que la France n'acceptait pas la méthode utilisée par la Commission et que sa réponse serait très ferme et sans appel sur le sujet", a rapporté le comité national des pêches.

Ce plan reviendrait "à faire disparaître un tiers de la flotte française", selon le comité, alors qu'à présent "les engins de fond" assurent la moitié de la production "soit près de 204.000 tonnes pour une valeur d'environ 490 millions d'euros".

"Ce sont plus de 4.000 marins-pêcheurs embarqués sur 1.200 navires", qui seraient menacés, a-t-il mis en garde. La France métropolitaine compte moins de 10.000 marins pour 4.200 navires. "Ces mesures d'interdiction reviendraient à punir les bons élèves : la France a multiplié les aires protégées, nous avons réduit la pêche dans certaines zones, favorisé le renouvellement des espèces", a observé Olivier Le Nezet. "En mer d'Iroise, la langouste, qui avait disparu, est revenue, la coquille Saint-Jacques est abondante partout", a-t-il rappelé.

La filière souligne aussi que certaines aires sont dédiées à la protection de l'habitat des oiseaux marins et n'ont "aucun problème de ressource halieutique". "Le président nous a entendus. Il n'acceptera pas un plan qui signe l'arrêt de mort de la pêche française", s'est félicité M. Le Nezet, précisant que les aires
marines protégées représentaient actuellement 12% des eaux européennes, mais jusqu'à "74% des eaux en Bretagne".

Avec AFP