Les bus gratuits dans le Calaisis pour une semaine, un test grandeur nature avant janvier

Dans le cadre de la 18 ème édition de la Semaine de la mobilité, qui se déroule du 16 au 22 septembre, les bus et la navette fluviale du Calaisis sont gratuits. Un "test grandeur nature", du SITAC – Calais Opale, en prévision de la gratuité totale mise en place dés janvier 2020.

Des bus à Calais
Des bus à Calais © VILLE DE CALAIS / FACEBOOK
Les bus et la navette Majest’in sont gratuits, pendant neuf jours dans le Calaisis ! Comme chaque année, le Syndicat intercommunal des transports de l’agglomération du Calaisis participe à la Semaine de la mobilité. Une opération nationale qui a pour objectif d’inciter les citoyens et les collectivités à choisir des modes de déplacements plus respectueux de l’environnement.

Pour cette 18 ème édition, le réseau de transport urbain du Calaisis, sera gratuit pour tous les usagers des communes de Calais, Coulogne, Coquelles, Marck, Sangatte, Escalles, Fréthun, Nielles-lès-Calais, Hames-Boucres, Les Attaques et Guînes jusqu'au 22 septembre.
 


Le réseau de transport urbain est géré par le syndicat intercommunal des transports de l’agglomération  - SITAC - présidé par Philippe Mignonet. "Cette gratuité n'est qu'un petit avant-goût de la généralisation au 1er janvier 2020 " précise-t-il. 
 

Un test de 9 jours avant une gratuité permanente

 

C'est Natacha Bouchart, présidente de l’agglomération Grand Calais Terres et mers et maire de Calais, qui depuis plusieurs mois demande une gratuité de l'ensemble du réseau du Calaisis. Face à la hausse du prix du carburant et à la réussite de la gratuité du réseau de transport dunkerquois, elle souhaite voir se mettre en place ce dispositif de façon permanente.
 



Aujourd'hui, cette période de 9 jours est donc un test grandeur nature permettant d'observer les effets possibles sur la fréquentation et l'organisation des transports en commun : "Nous n’avons aucune idée de ce qu’il va se passer en janvier. On sait qu’il y aura une augmentation de fréquentation mais où ? On imagine que cela concernera les lignes déjà bien fréquentées et le transport scolaire », détaille Philippe Mignonet. Des cellules de comptage ont été installées dans tous les bus pour quantifier le nombre de voyageurs. « C’est un investissement important mais indispensable. Nous devons savoir précisément combien de personnes sont dans les bus. »
 

Une économie pour les usagers et le SITAC

 

Huit bus articulés ont été commandés en prévision de la gratuité de janvier 2020. Ils seront plus grands, proposant plus de place aux passagers.  Leurs coûts est moins élevés que pour les dix bus hybrides neufs qui étaients attendus en 2020, engendrant une économie de 460 000  €. Ce sera la seule période de test avant le 1er  janvier.
 

Gratuité des transports en commun pour toutes les commune du Nord-Pas-de-Calais ?

 

Les transports en commun totalement gratuits ? Une idée qui séduit. Aujourd'hui, Calais. Hier, Dunkerque et demain Lille ? Une trentaine de villes en France ont déjà fait ce choix des transports gratuits et Dunkerque est l'une des plus grandes. La communauté urbaine compte plus de 200 000 habitants. 
 


A Lille, Martine Aubry demande la gratuité des transports dès 2020 pour certaines catégories d'usagers. La maire de Lille, a annoncé le 5 septembre dernier, une gratuité partielle des transports. Retraités, lycéens, étudiants, moins de 18 ans et personnes en situation de handicap pourraient être concernés. Une première étape vers la généralisation, puisque la gratuité totale pourrait être ponctuelle lors des pics de pollution.
 



Pour d'autres élus des grandes villes du Nord-pas-de-Calais, les transports en commun français sont déjà très peu chers, comparés par exemple à l’Allemagne. A Boulogne-sur-Mer, Marineo propose un trajet à 1 euros et 1,10€ chez Mouvéo à Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais. En france, dans près de 9 réseaux sur 10, le prix moyen « du ticket » revient à moins de 1 euro par jour. Le 21 septembre prochain, sera la Journée du transport public 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale transports en commun économie transports