Calais : la Défenseure des droits s'alarme "des conditions de vie dégradantes et inhumaines" des migrants

Publié le
Écrit par AFP, avec P.Ph.

La Défenseure des droits Claire Hédon, qui revient d'une visite à Calais, à la rencontre des migrants, des associatifs et des officiels, s'inquiète du sort reservé à ces exilés, en plein bras de fer entre l'État et des associations auxquelles la préfecture interdit la distribution de repas.

Après l'observation, l'action. Au lendemain d'une visite de deux jours à Calais, à la rencontre des migrants, des associatifs et des officiels, la Défenseure des droits Claire Hédon a livré ses premières conclusions. Elle dénonce, dans un communiqué, les conditions de vie "dégradantes et inhumaines que subissent" les migrants vivant à Calais, en plein bras de fer entre l'État et des associations auxquelles la préfecture locale interdit de distribuer des repas aux exilés.

Claire Hédon s'alarme de leur "état d'épuisement physique et mental", et constate "la volonté d'invisibiliser les exilés à Calais", où environ 1.200 à 1.500 migrants désireux de rallier la Grande-Bretagne, dont des femmes et des nourrissons, "dorment à même le sol, cachés sous des buissons, quelles que soient les conditions climatiques".
 

"L'accès à la nourriture, à l'eau et à l'hygiène est difficile et complexe"

Claire Hédon, défenseure des droits



L'autorité indépendante avait déjà présenté des observations cette semaine au tribunal administratif de Lille, saisi par 13 associations contestant la décision préfectorale, et qui ont finalement été déboutées: "En privant les exilés de l'accès à un bien - la distribution de repas -, la mesure de police contestée est constitutive d'une discrimination fondée sur la nationalité", avait-elle fustigé.
 

"L'accès à la nourriture, à l'eau et à l'hygiène est difficile et complexe", réitère Claire Hédon jeudi, prévoyant de présenter ses observations également au Conseil d'État. "Certains exilés n'arrivent pas à manger tous les jours. Les distributions de repas, à horaires variables et pas toujours respectés, sont parfois éloignées des lieux de vie."

La Défenseure des droits a effectué une visite de deux jours sur place sur fond de polémique et de bataille judiciaire


La Défenseure des droits a effectué une visite de deux jours sur place, mardi et mercredi, sur fond de polémique et de bataille judiciaire : celle-ci doit se poursuivre désormais devant le Conseil d'État, qui pourra éventuellement casser la décision d'interdire aux associations non mandatées par l'É​​​​​tat d'effectuer des distributions alimentaires en centre-ville.

Au moment même où la Commission européenne a dévoilé mercredi son projet de refonte de la politique d'asile, la Défenseure des droits "souhaite que les discussions s'ouvrent enfin sur les voies légales de l'immigration et exhorte les pouvoirs publics à ne pas s'obstiner dans ce qui s'apparente à un déni d'existence des exilés qui, présents sur notre territoire, doivent être traités dignement, conformément au droit et aux engagements internationaux qui lient la France".