VIDEO. Ils lancent « Enlysée », une boutique en ligne parodiant celle de l’Élysée, au profit d'associations

Quelques produits vendus dans la boutique "Enlysée" / © Boutique Enlysée
Quelques produits vendus dans la boutique "Enlysée" / © Boutique Enlysée

Une quinzaine de personnes (étudiants, graphistes, musiciens, communicants sociaux...) ont décidé de lancer une boutique de vente en ligne d’objets dérivés baptisée "Enlysée". Une parodie de celle lancée récemment par la Présidence de la République. Au profit d'associations.

Par Emmanuel Magdelaine

Un t-shirt "Je coûte un pognon de dingue", un sweat "Dernier de cordée", un mug "Je traverse la rue" ou encore un tote bag "Président de la Start-up France... Ce sont quelques-uns des produits que l'on peut désormais trouver dans une boutique en ligne nommée "Enlysée, la boutique officielle du ruissellement".
 
Ils lancent "Enlysée", une boutique en ligne parodiant celle de l’Élysée, au profit d'associations
Intervenants : Philippe, Chef de cabinet de la communication d'Enlysée ; François Guennoc, Vice Président Auberge des Migrants ; Brice Benazzouz, Coordianteur général Médecin du Monde - France 3 Nord-Pas-de-Calais - Reportage de Lila Haffaf, Flavien Bellouti, Jean-Yves Loes et Thomas Guéry. Montage de Rémy Maucort.

Une boutique en ligne classique (on peut vraiment acheter) mais parodique (tout est à lire au second degré). Elle reprend les codes graphiques de la boutique officielle de l'Elysée lancée il y a quelques jours par la Présidence de la République pour mieux les détourner, les moquer. Le tout à des prix beaucoup plus raisonnables. Ici, pas de montres à 169 euros, de tee-shirt "Poudre de perlimpinpin" à 55 euros, ou de mugs à 24,90 euros. Les prix oscillent plutôt entre 10 et 30€. 
Ecran d'accueil du site "Enlysée".
Ecran d'accueil du site "Enlysée".

 
Au profit d'associations 


Qui est derrière cette parodie ? Ils sont une quinzaine, âgés de 25-30 ans, travaillant dans le web, dans la musique ou le graphisme. Certains sont Calaisiens, d'autres Parisiens, d'autres Lillois (ils travaillent beaucoup à distance). Ils ne sont pas politisés mais attachés à défendre des causes citoyennes.

Ils se définissent comme jeunes précaires et avaient envie d'agir et de poser un acte citoyen, en créant cette boutique : "Nous, on nous a dit qu'il fallait être des entrepreneurs. On l'a fait ! (rires), explique un des créateurs qui souhaite comme tout l'équipe rester anonyme pour l'instant. On a vu la boutique de l’Élysée et on a cru que c’était une blague comme beaucoup de Français. Faire des blagues avec les citations d’Emmanuel Macron, c'est bien… Mais nous, on a beaucoup d'autres phrases qu'on souhaitait mettre en avant. Au début, on voulait faire des faux produits. Puis on s'est rendu compte que c'était vraiment bien et on s'est lancé". La boutique est ainsi née dans l'euphorie, cette semaine. 

Elle détourne des mots ou expressions qui ont fait polémique ces derniers mois : de Benalla à "kwassa-kwassa en passant par "Gaulois réfractaires" ou "Mafia bretonne".

Dès l'annonce de la mise en ligne de la boutique officielle de l'Elysée, de nombreux internautes, notamment sur Twitter, avaient déjà détourné certains produits. La boutique s'inscrit dans ce même esprit et s'inspire parfois de ces parodies : "Les Français aiment se moquer du président. On est dans cette tradition !".
 

Les bénéfices de cette boutique parodique seront reversés notamment aux associations SALAM Nord/Pas-de-Calais et L'Auberge des Migrants, qui viennent en aide aux migrants sur la Côte d'Opale depuis de nombreuses années : "Nous souhaitons participer à restaurer la dignité nationale plutôt que d'offrir un ravalement de façade à un vieux palais", peut-on lire sur le site. Les bénéfices de la boutique officielle de l'Elysée serviront à l'entretien du palais présidentiel.

"On a tout de suite pensé qu'il fallait qu'on aide Calais, explique le "Président" de l'Enlysée. Mais on a décidé qu'on allait aussi aider d'autres associations comme la fondation Abbé Pierre. Pour que, comme le dit notre Président Emmanuel Macron, il n'y ait plus personne qui dorme dans la rue"
 

Une trentaine de produits sont déjà en vente sur le site "Enlysée". Les créateurs affirment avoir déjà enregistré 1000 commandes en 3 jours. "On est super contents, on a des supers retours. On est même un peu débordé"...



 

Sur le même sujet

Sous le viaduc d'Échinghen, les riverains inquiets de l'état du pont : "Moi, j'y passe pas !"

Les + Lus