• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Un stage pour sensibiliser les jeunes à la conduite sous influence

Des simulations d’accidents ont permis aux jeunes de prendre conscience des risques de la conduite sous influence.
 

Par France 3 Hauts-de-France

Alcool, médicaments, drogues : 800 jeunes calaisiens ont été sensibilisés aux risques liés à la conduite sous influence.

Sur un parking, les adolescents sont rassemblés derrière des barrières de sécurité. Certains filment avec leur téléphone portable et rient nerveusement, impressionnés par le lugubre spectacle. Face à eux, des spécialistes de la sécurité routière simulent et commentent des accidents de la route grandeur nature.
 
800 jeunes sensibilisés aux conséquences d'une conduite à risque
DAUPHOUD-EDDOS Viviane/ROUSSELLE Philippe
 

Une prise de conscience

Un motard au casque mal attaché, un conducteur ivre,une  ceinture de sécurité oubliée : les conduites à risques sont loin d’être anodines. « C’est hyper impressionnant, je ne voudrais pas que ça m’arrive à moi », commente Léa. Petit à petit, les jeunes prennent conscience des dangers que peuvent représenter ces comportements à risque. « C’est sûr la ceinture il faut la mettre, parce que le mannequin là… Il est bien cassé », souligne Taïna. « Ca m’a fait réaliser que l’alcool, les médicaments, la drogue, ça peut être dangereux au volant… » ajoute Damien.

A faible allure aussi, les accidents peuvent être mortels

Même à 50km/h, une collusion peut avoir des conséquences irréversibles, voire tuer. Pour marquer les esprits, c’est à cette vitesse que sont lancés les véhicules pour les simulations d’accidents. « Les jambes sont d’abord touchées, explique Pierre Nègre, organisateur du stage de sensibilisation et responsable des opérations à la MAAF, puis c’est le bassin sur le capot, et finalement c’est la tête qui vient frapper le pare-brise. »

Ces missions de sensibilisation sont plus que nécessaires : chaque année, les 18-25 ans représentent un quart des tués sur les routes.
 

Sur le même sujet

Interview de Stéphanie Frappart

Les + Lus