CBD. Interdiction de vente de fleurs aux consommateurs : "être aussi arriérés, c'est totalement dingue !"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel Pall

Un arrêté est paru au Journal officiel le 31 décembre 2021. Le point sur cette interdiction et témoignages d'un producteur de chanvre audomarois et d'une gérante de boutique lilloise.

La Cour de justice de l'Union européenne avait retoqué la législation française le 19 novembre 2020 avec son arrêt "Kanavape", du nom de la marque française de cartouches au CBD pour vapotage. 

Elle stipulait que le CBD (cannabidiol) contenu dans le chanvre n'était pas un stupéfiant. Pas d'effet sur le psychisme. Tout au plus, disons, un effet relaxant. Et que, par conséquent, la réglementation française devait changer. 

"Le CBD n'est pas un stupéfiant"

Depuis, quelque 1 000 boutiques et autant de bureaux de tabac se sont engouffrés dans la brèche, pour vendre, un peu partout sur le territoire français, du CBD.

Le 23 juin 2021, la Cour de cassation française stipule que la commercialisation de produits à base de cannabidiol n’est pas considérée comme illicite. Mais que des restrictions peuvent être prises par les autorités pour des raisons de santé publique ou d'ordre public. 

En juillet, de la même année, le gouvernement réécrit la loi en tenant compte des injonctions de l'Union européenne, à laquelle, elle transmet son projet de loi qui sera étudié pendant trois mois. 

Dans ce projet de loi, le CBD n'est plus un produit stupéfiant. La fleur de chanvre peut être désormais cultivée, récoltée afin de la transformer en ingrédient pour l'alimentaire, les cosmétiques mais pas en tant que produit à fumer.

C'est cet arrêté qui est paru le 31 décembre 2021, au Journal officiel.

Environ 2000 agriculteurs cultivent le chanvre en France

Les agriculteurs français seraient aujourd'hui, les premiers producteurs européens de chanvre avec seulement 20 000 hectares soit 0,5% des surfaces agricoles en France. Ils seraient environ 2 000 sur le territoire. 

Kevin Knut est l'un deux. Installé près de Saint-Omer avec deux beaux-frères associés, un apprenti et un employé pour l'une des deux boutiques, cet ancien agent de sécurité a découvert l'effet relaxant du CBD il y a quelques années, pour soulager sa mère atteinte d'un cancer. 

Je soulage des personnes atteintes de sclérose en plaques, de fibromyalgie...

Kevin Knut, producteur de chanvre

Sa production, sur un terrain extérieur de 1,5 ha et une serre de 4 000 m² est de 200 kg de fleurs de chanvre. Son métier, il le voit aujourd'hui comme une vocation pour soulager ses quelque 2 000 clients. "Les retours sont superbes, je suis heureux de me lever pour faire ce que je fais. Je soulage des personnes atteintes de sclérose en plaques, de fibromyalgie... N'allez pas croire que c'est pour la défonce et que je suis un dealer, tout est en règle, j'ai mes autorisations de production et de vente et surtout le taux de THC* est minime, comme le veut la loi".

*Le THC ou tétrahydrocannabinol est la principale molécule active du cannabis. Il provoque un effet psychoactif contrairement au CBD, lui, seulement relaxant. L'arrêté du 31 décembre 2021 fixe à maximum 0,3%, la teneur en THC du CBD.

S'il ne veut pas inciter à fumer, en revanche Kevin estime "qu'on devrait favoriser le naturel. Des études montrent que le CBD pourrait remplacer 1 000 médicaments."

Alors que Malte légalise le cannabis récréatif, nous, nous en sommes là.

Kevin Knut, producteur de chanvre

Par ailleurs, il reconnaît être stressé par l'interdiction "de vente aux consommateurs de fleurs ou de feuilles brutes sous toutes leurs formes, seules ou en mélange avec d'autres ingrédients, leur détention par les consommateurs et leur consommation".

Kevin, en effet, vend à des professionnels ses fleurs de chanvre. Si eux-mêmes n'ont plus de clients, il ne les vendra plus. "Alors que Malte légalise le cannabis récréatif, nous, nous en sommes là. Être aussi arriérés, c'est totalement dingue !"

Aurèle Kengnie est gérante de la société Frenchy Freeze qui compte une dizaine de salariés à Lille, Lyon, Carcassonne et Angoulême. "On venait de recruter pour nos boutiques, qui allaient ouvrir à Carcassonne et Angoulême. C'est absurde, on ne comprend pas ! Chez nos voisins européens, ça se passe très bien. Apparemment : c'est parce qu'on ne peut distinguer les fleurs de chanvre des commerçants de celles des trafics, mais d'une part, le taux de THC n'est pas le même du tout, d'autre part, je fournis un ticket de caisse !"

Si les boutiques lilloises et lyonnaises vendent aussi des bonbons, des chewing-gums, des huiles ou des gâteaux au CBD, la gérante confie être dans l'inquiétude et l'attente et avoir coupé les approvisionnements au niveau de ses fournisseurs puisque les fleurs de chanvre représentaient beaucoup plus de chiffre d'affaires.