• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. Coupole d'Helfaut : derrière la conquête spatiale, des fusées inventées par les Nazis

© Jean-Marc Quinet MAXPPP
© Jean-Marc Quinet MAXPPP

Il y a 50 ans, l'homme faisait ses premiers pas sur la Lune. Derrière cet exploit historique, se cache une face beaucoup plus sombre, liée à la Coupole d'Helfaut, ancienne base de lancement secrète d'Hitler, devenue aujourd'hui un musée. L'exposition "Cap sur la Lune" retrace cette histoire.

Par Manon Pélissier

Au pied du vestige de la folie meurtrière des Nazis, la Coupole d'Helfaut. Une réplique du module lunaire Apollo (LEM) s'y trouve, le véhicule spatial utilisé lors de la mission spatiale vers la Lune, en 1969. Cet exploit historique qu'est la conquête spatiale, découle en réalité d'un passé tragique.

C'est ce que raconte l'exposition temporaire "Cap sur la Lune, des défis et des hommes" de la Coupole, musée de la Seconde guerre mondiale, à l'occasion du 50e anniversaire du premier pas de l'homme sur la Lune.
 
Coupole d'Helfaut : la face cachée de la conquête spatiale
Reportage de Valérie Dermersedian et de Philippe Rousselle


Base de lancement secrète d'Hitler


La Coupole d'Helfaut est un immense bunker qui servait de base secrète à Hitler. C'est d'ici que devaient être lancées les fusées V2 pour anéantir l'Angleterre, des missiles balistiques développées par le IIIe Reich, de l'allemand Vergeltungswaffe 2, qui signifie "arme de représailles".
 
"Derrière les fusées V2 et Saturn V qui emmènent les hommes sur la Lune, il y a une seule et même personne : Wernher von Braun, un ingénieur aérospatial allemand et nazi, explique Nicolas Fiolet, commissaire de l'exposition. À la fin de la guerre, il va être récupéré par les Américains, tout d'abord pour travailler sur leurs missiles mais va très vite intégrer le programme spatial et va mettre au point la fameuse Saturn V.

Le plus grand rêve des hommes s'est ainsi construit sur une arme terrible : le V2, qui a coûté la vie à 13 000 personnes dans son utilisation et près de 25 000 durant sa conception. Une arme que l'on voulait utiliser à Helfaut et qui est devenue l'ancêtre des fusées modernes.

"La science a deux revers : d'un côté, vous créez une arme effroyable et avec la même technologie, vous permettez à l'homme d'accomplir son plus grand rêve. Ce n'est pas la science qui est mauvaise, c'est l'utilisation qu'on va en faire", conclut Nicolas Fiolet.

L'exposition de la Coupole est gratuite et accessible jusqu'au 30 juin 2020.
 

Sur le même sujet

Procès Karmel à Laon

Les + Lus