Face à la grippe aviaire, un arrêté interdit d'approcher les oiseaux sur les plages du Pas-de-Calais

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hugo Palacin

Des centaines de goélands et de mouettes ont été retrouvés morts sur les plages du Pas-de-Calais. En cause : la grippe aviaire. La préfecture a décidé d'établir une large zone de contrôle afin de préserver la santé des volatiles, mais également des humains.

Depuis près de deux semaines, des centaines de cadavres d'oiseaux morts jonchent les plages du littoral du Pas-de-Calais. Des goélands et des mouettes inanimés ont ainsi été retrouvés sur le sable du Touquet, d'Étaples, de Hardelot-Plage et même dans la Somme, du côté de Saint-Quentin-en-Tourmont.

À la demande du préfet du Pas-de-Calais, des prélèvements ont été effectués puis analysés en laboratoire. Les résultats sont tombés ce jeudi 19 mai : les volatiles ont péri des suites de la grippe aviaire H5N1. Ce virus, aussi appelé Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP), peut se transmettre de l'animal à l'homme. Circulant activement en Europe, il est particulièrement contagieux et pathogène pour les oiseaux.

33 communes du Pas-de-Calais concernées par l'arrêté

Face à ce risque pour la santé des habitants et des touristes fréquentant les plages du département, le préfet du Pas-de-Calais, Louis Le Franc, a pris ce vendredi 20 mai un arrêté visant à prévenir l’apparition d’influenza aviaire dans les élevages.

Une Zone de contrôle temporaire (ZCT) a été établie par la préfecture au sein de laquelle s'applique cet arrêté. Sont concernée les 33 communes suivantes du département du Pas-de-Calais :

Airon-Notre-Dame, Airon-Saint-Vaast, Berck, Camiers, Conchil-Le-Temple, Condette, Cucq, Dannes, Echinghen, Equihen-Plage, Etaples, Frencq, Groffliers, Halinghen, Hesdigneul-les-Boulogne, Hesdin-l’Abbé, Isques, Le-Touquet-Paris-Plage, Lefaux, Merlimont, Nesles, Neufchâtel-Hardelot, Outreau, Rang-du-Fliers, Saint-Aubin, Saint-Etienne-Au-Mont, Saint-Josse, Saint-Leonard, Tubersent, Verlincthun, Verton, Waben et Widehem.

Quatre communes de la Somme sont également concernées par un arrêté similaire pris par la préfecture du département : Saint-Quentin en Tourmont, Le Crotoy, Fort-Mahon-plage et Quend.

Interdiction d'approcher mouettes et goélands

Dans tout le périmètre délimité, la préfecture du Pas-de-Calais ordonne "de ne pas s’approcher, ni nourrir ni manipuler les oiseaux sauvages sur cette zone et plus particulièrement sur toute la côte pour éviter tout risque de diffusion du virus."

En outre, d'autres mesures concernent la zone :

  • Toutes les volailles, y compris celles de basse-cour, ainsi que tout autre oiseau captif, doivent être maintenus en permanence à l’intérieur de bâtiments ou sous filet
  • Aucune volaille vivante et aucun oiseau captif ne doit sortir des exploitations, commerciales ou non. Des dérogations seront possibles, après accord de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) du Pas-de- Calais, principalement dans le cadre d’un transfert vers un établissement d’abattage
  • Les mouvements de personnes, d’animaux domestiques et de véhicules au sein des exploitations doivent être limités au strict nécessaire
  • La DDPP organise, dans chaque élevage de la ZCT, des visites vétérinaires de vérification de l’application stricte des mesures de mise à l'abri et de biosécurité
  • La vente directe à la ferme des volailles abattues et des produits qui en sont issus est interdite. Les éleveurs peuvent toutefois poursuivre leur activité commerciale par une vente directe aux consommateurs sur les marchés de plein air locaux

Au moins trois semaines de contrôles

La préfecture indique que la Zone de contrôle temporaire pourra être levée après 21 jours si, à l'issue des visites de contrôle, "aucun signe évocateur d’influenza aviaire n’est décelé dans les exploitations et si aucun nouveau cas ne survient dans la faune sauvage".

Les services de l'État en appellent enfin à la vigilance de tous, particuliers comme professionnels, pour signaler toute mortalité d’oiseaux sauvages dans la zone à la commune concernée.