À Vervins, une fresque pour rendre hommage à Simone Veil

Publié le Mis à jour le
Écrit par Célia Mascré

Le projet est né alors que Simone Veil était encore en vie...  Aujourd'hui et plus que jamais, il fait sens.

À l'occasion d'un projet artistique mené par une classe de 5ème Secpa au lycée Condorcet de Vervins, dans l'Aisne, le street-artiste strasbourgeois Dan23 a réalisé une fresque en hommage à Simone Veil. C'est en partenariat avec deux artistes, Dan 23 et Mickaël Portelette, que les 11 élèves de cette classe ont pu apprendre le street-art à travers différents ateliers.

"Lundi lorsqu'on a appris le décès de Simone Veil, les élèves étaient très touchés", raconte Virginie Savary Maniak, enseignante référente. "Ce projet leur a permis de faire un gros travail sur le portrait et la connaissance de soi. Ils en sont ressortis plus confiants. Ils ont pris conscience qu'on pouvait aller au bout d'un projet, qu'il faut juste s'en donner les moyens. C'est le message que Dan 23 leur a fait passer", poursuit Mme Savary Maniak.


Les élèves ont, le 23 juin, rédigé une lettre pour Simone Veil. "Vous êtes un modèle pour nous, vous êtes une femme forte et respectable qui a su faire face à des événements tragiques. Nous vous devons du respect."

"Ces héros"


Cette oeuvre s'inscrit également dans un projet personnel de l'artiste Dan 23 intitulé "Ces héros". "À travers leurs indignations, ces héros ont permis à des milliers de personnes de vivre plus dignement, en trouvant des solutions pour l’intérêt général. Ils font grandir l’espoir d’un monde équitable, nous poussent à la réflexion, à trouver également des solutions, à devenir nous-mêmes citoyens, à devenir nous-mêmes des héros", explique l'artiste.



Hommage national aux invalides


L'hommage national à Simone Veil s'est ouvert mercredi aux Invalides par le passage en revue de troupes de la Garde républicaine et des trois armes par le chef de l'Etat Emmanuel Macron qui devait prononcer quelques instants plus tard l'éloge funèbre. 

Quelque 700 invités, membres de la famille et officiels, ainsi qu'une foule d'anonymes assistent à cette cérémonie, sous un beau soleil d'été dans la cour d'honneur des Invalides sobrement parée de deux drapeaux tricolores. 

Le cercueil de celle qui fut longtemps la personnalité la plus aimée des Français devait faire son entrée dans la Cour d'honneur par le péristyle de la cathédrale Saint-Louis des Invalides, revêtu du drapeau tricolore et porté par des Gardes républicains au son de la Marche funèbre de Chopin.