Fusillade à Lille: le Creillois impliqué mis en examen

3 personnes, dont une impliquée dans une fusillade avec les forces de l'ordre à Lille mercredi dernier ont été mises en examen et écrouées samedi. Parmi elle, un Creillois. Cette fusillade avait fait un mort, un autre Creillois. 

Une fusillade a éclaté à Lille entre des trafiquants de drogue et les policiers de la Brigade anti-criminalité de Lille et le Raid dans la nuit du 24 mai.
Une fusillade a éclaté à Lille entre des trafiquants de drogue et les policiers de la Brigade anti-criminalité de Lille et le Raid dans la nuit du 24 mai. © France 3 Nord Pas-de-Calais
Ces 3 personnes ont été mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire sur dépositaire de l'autorité publique, vol avec arme en bande organisée, tentative d'enlèvement et séquestration en bande organisée, acquisition, détention, transport, offre ou cession de produits stupéfiants, association de malfaiteurs".

Un différent sur fond de trafic de drogue

L'origine des faits était "un différend commercial sur fond de trafic de stupéfiants", avait indiqué à l'AFP mercredi une source proche de l'enquête. Cette affaire venait "confirmer que Lille et la région Nord est une place de stockage et de redistribution de produits stupéfiants pour d'autres régions".

Deux individus originaires de l'Oise étaient venus trouver 2 de leurs fournisseurs dans une maison du quartier populaire de Fives à Lille.

La transaction ayant mal tourné, les 2 acheteurs ont tenté d'enlever en voiture un des deux fournisseurs. C'est précisément à ce moment-là que les policiers de la BAC interviennent, mais le véhicule "fonce dans leur direction", avait indiqué le parquet de Lille mercredi.

Un Creillois tué 

Les policiers font feu, tuant le passager. Son complice au volant, blessé à l'épaule, est ensuite interpellé, ainsi que les deux revendeurs, dont l'homme qui avait réussi à échapper à l'enlèvement.

Dans la voiture ont notamment été découverts une arme de poing, plusieurs kilos de cannabis et de l'argent. Les deux acheteurs sont "très défavorablement connus de la police judiciaire", avait également indiqué la préfecture mercredi.

L'enquête a été confiée par le parquet de Lille à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lille et à l'antenne lilloise de l'inspection générale de la police nationale (IGPN).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers