Abbeville : une frange du patrimoine industriel disparaît ce vendredi

Archives / © France 3 Picardie
Archives / © France 3 Picardie

Haute de 30 mètres, la cheminée d’Abelia Decors doit être démolie ce vendredi. Un symbole de moins de l’histoire industrielle abbevilloise. Il ne restera plus qu’une cheminée visible des kilomètres à la ronde : celle de la sucrerie.

Par LB

La cheminée d’Abélia Decors tombe pour permettre la réhabilitation du site en zone économique. Pour rappel, l'entreprise Abélia Decors, spécialisée dans le papier peint, s'est implantée en 1971 à Abbeville. Sa liquidation judiciaire a été prononcée en juin 2005. Quelques 300 salariés se sont alors retrouvés sur le carreau.

La liquidation a laissé une friche de 11 hectares, abritant 26 000 m² de bâtiments. Une friche devenue propriété de la Communauté de Communes de l'Abbevillois, après avoir été celle de la Ville qui l’avait rachetée au liquidateur judiciaire.

archives / © France 3 Picardie
archives / © France 3 Picardie
En octobre 2015, Nicolas Dumont, maire (PS) d'Abbeville et président de la communauté de communes de l’Abbevillois (CCA) annonçait l'arrivée de deux entreprises au cours du deuxième semestre 2016.  À terme, cette friche deviendra l'« espace industriel du Scardon ». L’objectif est d’y « accueillir des entreprises industrielles, artisanales et logistiques, sur des parcelles allant de 2 000 à 10 000 m² ».

La cheminée de la sucrerie, elle, survit, et se trouve même intégrée dans le projet d’Immo Mousquetaires.

Sur le même sujet

Les + Lus