Abbeville (80) : viol et tortures en direct sur le web

© France 3 Picardie
© France 3 Picardie

Deux jeunes Abbevillois de 17 et 19 ans sont poursuivis pour viol sur un homme de 24 ans, avec actes de torture et de barbarie, séquestration sans libération volontaire, et vol en réunion. Ils ont filmé et diffusé les scènes sur internet. Une information judiciaire a été ouverte.

Par Camille Dicrescenzo

Deux jeunes Abbevillois de 17 et 19 ans ont été déferrés devant le parquet d'Amiens ce mardi pour répondre de viol sur un homme de 24 ans, avec actes de torture et de barbarie, séquestration sans libération volontaire, et vol en réunion.
Le plus âgé des deux interpellés est également poursuivi pour avoir diffusé des "images portant atteinte volontaire à l'intégrité physique de la personne".

L'agression s'est déroulée dans la nuit du samedi 25 juin au dimanche 26 juin, à Abbeville, dans le quartier des Provinces.


Une soirée qui tourne au calvaire

La victime, dont le procureur n'a pas confirmé la mise sous curatelle, est un homme âgé de 24 ans. Il aurait été invité par des amis à une soirée. Or, lorsqu'il s'est présenté à leur domicile, les deux jeunes présumés agresseurs ont aussitôt fermé la porte derrière lui et l'ont frappé pour lui voler son lecteur MP3. 
Puis, les sévices ont commencé. Tout en continuant à le battre, les deux jeunes gens lui ont introduit un manche à balai dans l'anus. Ils l'ont également obligé à boire de l'urine salée.
Toutes ces scènes ont été filmées et diffusées en direct sur internet via l'application Snapchat. Cette application a beaucoup de succès auprès des jeunes internautes. Elle permet de partager des photos et des vidéos qui ne sont visibles que pendant un laps de temps limité.


Après une prolongation de la garde à vue, ils avouent tout

Au bout de quelques heures, la victime a réussi à s'enfuir et est allée au commissariat pour porter plainte.
Des examens médicaux ont confirmé ses propos. Les deux auteurs des faits ont été interpellés par la police vers 15h dimanche. Déjà connus des services de police, ils ont été placés en garde à vue pendant laquelle ils ont tout avoué.

Sur le même sujet

Julien Pilette : "Si chacun ramasse un déchet par jour, c'est réglé"

Les + Lus