Cet article date de plus de 7 ans

Amiens récompensée pour ses actions de protection de la population face aux risques majeurs

Le 1er février dernier, le Haut Comité Français pour la Défense Civile a récompensé Amiens du label Pavillon Orange pour les actions de la municipalité en faveur de la sauvegarde des populations.
Bien qu'en Seine-Maritime, la centrale nucléaire de Penly fait partie des risques majeurs auxquels est exposée la population amiénoise.
Bien qu'en Seine-Maritime, la centrale nucléaire de Penly fait partie des risques majeurs auxquels est exposée la population amiénoise.
Ce label récompense la mise en place de procédures mais aussi de dispositifs utiles en cas de risques majeurs: un système d’alerte de la population par automate d’appels, la réalisation du Plan Communal de Sauvegarde, la création d’une réserve interne de sécurité civile et une sensibilisation de la population à ce que peut être un risque majeur.

Les risque majeurs auxquels est confrontée la ville d'Amiens sont nombreux: les anciennes carrières de craies situées au nord de la ville, le risque inondation, le risque technologique avec les 6 sites Seveso en zone industrielle Nord, le transports et le stockage de matière dangereuses (ex:l'amoniaque vers la zone industrielle nord) et le risque nucléaire avec le passage régulier de convois de déchets ou la proximité de la centrale nucléaire de Penly en Seine-Maritime.



A partir de là, la municipalité a mis en place un plan de sauvegarde de la population: il détaille ce qu'il faut faire pour éviter la mise en danger de la population lorsque survient un accident majeur.

Véritable plan de gestion de crise, il prévoit une réorganisation spécifique des services municipaux: au sommet, un poste de commandement mené par le maire, 5 cellules chargées d'une action spécifique et adaptées au l'accident survenu. Un représentant de ces cellules est dépêché sur le terrain. 

Une Réserve Interne de Sécurité Civile a également été créée: composée de 170 agents, elle regroupe des volontaires, sorte de super-secouristes régulièrement entraînés et formés. En cas de risque majeur, ils seront les premiers à être sollicités.

Un effort a été également porté sur le matériel de gestion de crise que ce soit des lits de camps, des couvertures, la fourniture de nourriture, le tout conventionné notamment avec des structures comme la Croix Rouge. La ville était dotée mais il a fallu en racheter.

Par ailleurs, un automate d'appel a également été mise en place afin de prévenir la population en cas d'accident majeur: il envoie des SMS ou appelle directement les habitants sur la base de l'annuaire téléphonique de France Telecom. Ceux qui n'y figurent pas sont appelés à donner leurs coordonnées téléphoniques à la mairie pour être informés. Ce système d'information automatique vient en complément des sirènes d'alerte nationale.

Enfin, la population est sensibilisée à ce dispositif de gestion des risques majeurs et aux procédures à suivre en cas d'accident: un documentation d'information a été distribué dans toutes les habitations de l'agglomération amiénoise tandis que des cessions d'informations sont mises en place aurpès des enfants, directement dans les écoles.


Il aura fallu 2 ans à la mairie d'Amiens pour mettre sur pied ce Plan Communal de Sauvegarde mais la ville étant très en retard sur le sujet, les premières réflexions ont été menées dès 2008.




Le Pavillon Orange pour la Sauvegarde des Populations
Ce label est décerné par le Haut Comité Français pour la Défense Civile depuis 2009 aux communes qui répondent à un certain nombre de critères en termes de sauvegarde et de protection des populations face aux risques et menaces majeurs, et qui ont réalisé un Plan Communal de Sauvegarde. Seules 35 communes françaises dont 6 de plus de 100 000 habitants ont été labellisées à ce jour.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société