Le Casablanca à Amiens: le gérant du café-restaurant conteste être impliqué dans un trafic de stupéfiants

Après la parution d'un article intitulé "Amiens (80) : 3 mois de fermeture administrative pour un café-restaurant suite au démantèlement d'un trafic de stupéfiants" sur notre site Internet, Mourad Riad, le gérant du Casablanca et son avocat tiennent à préciser certains points de notre article.

Selon le courriel envoyé par son avocat Me Bourchenin, "Mr RIAD tient à préciser que ni son épouse ni lui- même n'ont été arrêtés ni placés en garde à vue.
Mr RIAD s'est rendu le 30 mai 2013 librement, sans aucune contrainte, au commissariat de police d'Amiens, où il s'est vu notifier à 18h33 une décision de fermeture administrative de l'établissement et n'a aucunement été mis en cause dans une cette affaire de stupéfiants."


Concernant ce point, les autorités ont tenu à préciser que "les époux RIAD ont bien été interpellés et ramenés au commissariat, comme huit clients. Toutefois, effectivement, compte-tenu de la situation familiale du couple (enfants en bas âge), ils ont été directement entendus sans que ce soit sous le régime de la garde à vue (contrairement aux huit autres personnes placées en garde à vue). Rien n'exclut que Monsieur RIAD et/ou son épouse soient, dans le cadre de l'enquête en cours, mis en garde à vue dans les prochains jours."

Mr Riad conteste par ailleurs l'existence d'un faux-plafond dans les toilettes de son établissement, faux-plafonds dans lesquels auraient été dissimulés les produits stupéfiants: selon Me Bournechin, "les toilettes de son établissement ne comportent pas de faux plafond. En effet, s'il est exact que des produits stupéfiants ont été découverts à proximité des sanitaires, ceux- ci étaient dissimulés à son insu dans un trou accessible à tous."

Selon les éléments recueillis auprès de la Police nationale par la Préfecture, "les fonctionnaires de police ont bien constaté que la cabine des toilettes est pourvue d'un faux-plafond, consistant en un plafond plus bas que celui de la pièce qui compose les sanitaires. La drogue était placée entre ce faux-plafond et le plafond de la pièce."


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter