Chantal Leblanc, ex-députée communiste, s'en est allée

Chantal Leblanc a été emportée par un cancer fulgurant dans la nuit du mercredi 29 au jeudi 30 avril à l’hôpital d’Abbeville. Intègre, profondément humaniste, militante hors-pair, ses amis comme ses adversaires politiques ne manquent pas de qualificatifs pour évoquer sa mémoire.

© France3 Picardie

"L'humain d'abord"... Chantal Leblanc n'a jamais dérogé à ses convictions. 

De Lille à Abbeville

Née dans une famille catholique à Lille le 2 février 1945, Chantal Camelot suit toute sa scolarité dans une école privée jusqu'au baccalauréat en 1963. Elle poursuit alors des études de psychologie à l'université de Lille et obtient son DESS en 1969.
Après avoir épousé Claude Leblanc, psychologue, elle se mobilise en faveur de la paix au Vietnam et adhère au Parti Communiste en janvier 1968. 
Le jeune couple s'installe alors à Cocquerel, près d'Abbeville. 
Chantal Leblanc s'investit immédiatement dans la vie politique locale et devient secrétaire de la section de Pont-Rémy avant d'intégrer celle d'Abbeville en 1972.

Une vie consacrée aux autres

En 1978, la militante communiste bat Joël Hart de 250 voix. Sa force de caractère a marqué l'ancien maire d'Abbeville.

J’aimais bien ferrailler avec elle, c’était toujours très positif


Elle est donc élue députée de la Somme dans la circonscription laissée vacante par Max Lejeune, élu sénateur. 
A l’assemblée Nationale elle siège à la commission des affaires sociales et culturelles.

Elle perd son siège en 1981, battue par Jacques Becq mais sera sur tous les fronts dans les années qui suivent :

Très investie dans la vie locale, Chantal Leblanc laisse à ceux qui l'ont côtoyée l'image d'une femme droite, intègre et respectée.

Chantal Leblanc sera incinérée dans l'intimité mardi matin.
Une cérémonie officielle sera organisée au cimetière de la Chapelle à 14h30.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
décès politique