Un détenu de la prison de Sequedin filme un acte sexuel avec une surveillante

La maison d'arrêt de Sequedin. En médaillon, une capture d'écran de la vidéo. / © MAXPPP/FRANCE 3
La maison d'arrêt de Sequedin. En médaillon, une capture d'écran de la vidéo. / © MAXPPP/FRANCE 3

Une vidéo montrant, en "caméra cachée", une surveillante de la prison de Sequedin en train de pratiquer une fellation à un détenu circule sur les réseaux sociaux. Une enquête a été ouverte par l'administration pénitentiaire.

Par EM

La vidéo circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. On y voit une surveillante de prison et un détenu à l'entrée d'une cellule de la prison de Sequedin. Ils parlent avec la télévision en bruit de fond.

Après quelques secondes, la surveillante regarde autour d'elle puis s'agenouille devant le détenu torse nu. Elle semble pratiquer une fellation pendant 2 ou 3 secondes. La scène est filmée de loin. Elle a été diffusée sur le réseau Snapchat avec ce commentaire : "On dit quoi à la surveillante qui fait des bêtises, hein..."

Les surveillants de la prison ont découvert l'existence de la vidéo mercredi dernier et ont immédiatement alerté la direction de la maison d'arrêt de Sequedin. "Je suis écoeuré, commente Guillaume Pottier, secrétaire général UFAP Unsa justice dans les Hauts-de-France. Ce genre de personne n'a rien à faire chez nous. Ça nous révolte tous !" Selon ce syndicaliste, une photo de la surveillante posant avec 3 autres détenus circule également.
 


Le recrutement et les portables en débat


Selon le Parisien, une enquête a été ouverte mais d'ores et déjà la surveillante stagiaire (qui terminait son stage à Sequedin) à l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire (ENAP), a été suspendue. Elle ne pourra sans doute pas terminer sa formation. "C’est une posture inadaptée, non professionnelle, qui ne respecte pas les principes de bonne distance et de sécurité enseignés à l’ENAP pendant la formation", a expliqué l'administration pénitentiaire. L'UFAP demande à ce qu'elle ne puisse plus jamais exercer le métier de surveillant pénitentiaire.

"Il faut être plus vigilant dans le recrutement, explique Guillaume Pottier. Cela pose aussi la question des portables. Ils sont interdits et il y en a partout. On demande à ce qu'il y ait enfin de vrais brouilleurs et qu'on puisse fouiller les détenus dès qu'il y a suspicion."

Le détenu de 22 ans, incarcéré depuis 2017 pour des affaires de vol et de trafic de stupéfiants, a été transféré dans un autre établissement. "Le téléphone avec lequel la scène a été tournée a été saisi", indique l'administration pénitentiaire.

 

Sur le même sujet

Histoires 14-18 : le général Debeney

Les + Lus