Cet article date de plus de 4 ans

Roubaix : handicapée, elle cumule 1200 € de PV parce qu'elle se gare devant chez elle

Une habitante de Roubaix qui se dit obligée de se garer devant chez elle, sur une place interdite, accumule les contraventions. 
Jacqueline Potelle montre les PV qu'elle accumule depuis plusieurs mois.
Jacqueline Potelle montre les PV qu'elle accumule depuis plusieurs mois. © Bruno Espalieu
Depuis la transformation de sa rue en zone piétonnière en 2013, Jacqueline Potelle a alerté la mairie de Roubaix sur la nécessité de pouvoir continuer à garer son véhicule devant son domicile en raison des difficultés qu’elle avait à se déplacer pour des raisons médicales (fibromyalgie et polyarthrose sévère).

Trois ans plus tard, la santé de cette sexagénaire vivant seule s’est dégradée, l’obligeant à effectuer les déplacements à l’aide d’un fauteuil roulant dès que le parcours dépasse à peine une dizaine de mètres. Elle dispose donc d’une autorisation d’utiliser les places réservées aux personnes à mobilité réduites. Mais ces espaces réservés sont situés à plus de cent mètres de sa maison (comme le montre la vidéo ci-dessous), elle est incapable de parcourir la moitié de cette distance sans que de vives douleurs articulaires ne se fassent sentir.
La distance entre la place handicapée et la maison de Jacqueline Potelle

"Intérêt général"

Elle continue donc de se garer devant chez elle et ne cesse d’être verbalisée pour « stationnement gênant dans une aire piétonne ». Elle en est à plus de 1200€ environ.  Alors qu’elle attendait de la compréhension de la part de l’administration municipale, c’est au tribunal de Roubaix qu’elle devra à nouveau défendre le 19 janvier prochain, son dossier de femme isolée en situation de handicap devant un juge de proximité saisi pour des infractions au code de la route. 

«  L’intérêt général prime sur les intérêts particuliers, explique dans La Voix du Nord Jean Deroi, maire des quartiers nord. J’entends les difficultés de cette personne. Les cas très complexes, c’est le propre de la vie d’une ville. Mais on peut faire des exceptions dans un petit village, pas dans une ville de 95 000 habitants…  » Pour justifier sa positon concernant cette rue Grety, la mairie de Roubaix affirme également que les véhicules de secours doivent pouvoir y accéder à tout moment. Le déménagement est-il vraiment la seule issue au problème de Jacqueline Potelle ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société handicap