Homosexualité dans le football : à Amiens, l'ancien joueur Ouissem Belgacem prône la tolérance auprès des jeunes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eline Erzilbengoa avec Anthony Halpern
Ouissem Belgacem en intervention au centre de formation de l'Amiens SC mercredi 27 octobre 2021
Ouissem Belgacem en intervention au centre de formation de l'Amiens SC mercredi 27 octobre 2021 © Jean-Louis Croci / FTV

L'homosexualité est encore un sujet tabou dans le monde du foot. Il y a quelques années, Ouissem Belgacem a dû même arrêter sa carrière. Aujourd'hui, il raconte ses années de souffrance dans un livre et fait le tour des centres de formation, comme l'Amiens SC, pour faire changer les choses.

Au stade de la Licorne, devant les jeunes de l'Amiens SC, Ouissem Belgacem, a du mal à cacher son émotion. "Si on m'avait dit qu'en centre de formation de football un jour, des jeunes garçons comme vous prendraient la parole sur cette thématique avec autant de bienveillance... J'en perds même mes mots alors que d'habitude, je n'ai pas de mal à les trouver", sourit-il.

Il faut dire que le parcours fut tumultueux pour l'ancien footballeur qu'il était. Dans un stade, il n'a jamais vraiment pu trouver sa place, faute à sa différence, à son homosexualité. Repéré dès l'adolescence, il rejoint le centre de formation du Toulouse Football Club à l'âge de 13 ans. Il y reste cinq saisons pendant lesquelles, il ne peut être lui-même. "En rentrant dans la bulle du football, j'ai vu que j'évoluais dans un environnement extrêmement hostile, extrêmement homophobe. Donc je me suis dit : si tu veux continuer à jouer au foot, il faudra tout faire pour le cacher", confie-t-il. "Il faut savoir que l'insulte numéro 1 dans les stades de foot c'est "sale pédé", on dit ça comme on dit bonjour. Et puis les discours dans les vestiaires de la part de mes coachs n'étaient que des discours virilistes, masculisnistes, assez dégradants envers les femmes ou les homos."

"Tout ce que je voulais c'était me réveiller hétéro"

Dans ce système oppressant, où la parole n'est pas libre, Ouissem Belgacem s'est alors renfermé sur lui-même. "Je me posais énormément de questions, je ne pouvais en parler à personne et la honte n'a fait que grandir en moi parce que je n'entendais que des discours humiliants et négatifs vis-à-vis de l'homosexualité. C'était donc compliqué de grandir avec une bonne image de soi. Je me suis détesté pendant très longtemps. À un moment donné, peu importe le potentiel et le niveau que j'avais, tout ce que je voulais c'était me réveiller hétéro, c'était mon rêve ultime."

Tous les jours, je sortais de ma chambre, je mettais un masque sur mon visage et j'allais jouer à l'hétéro, c'est épuisant de faire ça tous les jours.

Ouissem Belgacem

Persuadé de ne pas avoir sa place dans cet environnement-là, il élabore des stratagèmes. "Quand j'ai réalisé que j'étais gay, j'ai réalisé qu'il ne fallait pas l'être dans le monde du foot. J'ai pratiqué l'abstinence durant très longtemps, j'ai prié très fort au pied de mon lit pendant des années, j'ai été voir différents imams parce que je suis musulman et donc je me suis dit que ma religion pouvait me changer. Je suis sorti avec des copines, mais je ne tombais pas amoureux d'elles. Tous les jours, je sortais de ma chambre, je mettais un masque sur mon visage et j'allais jouer à l'hétéro, c'est épuisant de faire ça tous les jours."

Le joueur part alors aux États-Unis, mais il fait vite le même constat qu'en France. "À un moment donné, j'ai rendu les armes. J'ai claqué la porte du football, il fallait bien que je fasse un choix entre mon épanouissement personnel et ma carrière. Mais c'est inadmissible."

durée de la vidéo: 06 min 22
L'interview de Ouissem Belgacem ©Anthony Halpern FTV

Aujourd'hui, Ouissem Belgacem n'a plus peur d'assumer qui il est. Dans son livre Adieu ma honte, paru en mai 2021, il porte un message d'espoir pour les générations futures. À l'heure où le sujet est encore tabou, il a décidé d'aller à la rencontre de ces jeunes joueurs dans les centres de formation. À Amiens, il a pu échanger longuement avec eux. "Pour nous, c'est un sujet compliqué à aborder, donc cet échange m'a permis de me mettre à la place d'une personne homosexuelle et de comprendre ce qu'elle peut ressentir au quotidien. Je pense que cela va beaucoup m'aider pour la suite", nous confie Kassoum, joueur au centre de formation de l'Amiens SC. "Pour moi, être gay c'était un choix, alors que ce n'est pas le cas. Grâce à Ouissem, je l'ai bien compris, cela m'a permis de me remettre en question et je pense que je vais désormais y réfléchir", abonde Anis également joueur à l'ASC.

Pour la première fois, un joueur en activité révèle son homosexualité

Mercredi 27 octobre, alors qu'Ouissem Belgacem intervenait à Amiens, le footballeur Josh Cavallo a fait son coming out via une vidéo postée sur les réseaux sociaux. C'est la première fois qu'un joueur - il évolue au club Adelaide United en Australie - révèle son homosexualité alors qu'il est encore en activité. Le joueur de 21 ans a reçu sur Twitter le soutien de grands noms du football comme Antoine Griezmann, Raphaël Varane ou encore Zlatan Ibrahimović. 

"Tu fais partie de l'Histoire aujourd'hui, commente en anglais Ouissem Belgacem dans une lettre qu'il a adressée au joueur australien sur Instagram. J'espère que cela inspirera plein d'autres joueurs, d'être simplement ce qu'ils sont.

Après Amiens, l'ancien footballeur interviendra à Toulouse, où tout a commencé pour lui il y a 20 ans. Un retour, cette fois, la tête haute.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.