Jean-Christophe Parisot, ancien diacre d'Amiens et conseiller de Gilles de Robien et Brigitte Fouré s'est éteint

Atteint de myopathie, Jean-Christophe Parisot de Bayard s’est battu toute sa vie pour promouvoir la participation des personnes handicapées à la vie démocratique. Il a notamment marqué la vie amiénoise par ses collaborations avec Gilles de Robien et Brigitte Fouré.
 

Jean Christophe Parisot alors candidat à l'élection présidentielle de 2002.
Jean Christophe Parisot alors candidat à l'élection présidentielle de 2002. © Archives INA
Jean-Christophe Parisot de Bayard, premier préfet handicapé de France, dont le travail a profondément influencé la vie politique amiénoise s’est éteint dimanche 18 octobre à l’âge de 53 ans. Une disparition dévoilée lundi par sa sœur, Anne-Sophie, qui lui a rendu hommage sur les réseaux sociaux.  

 

Toute sa vie, il la consacra à la défense des exclus et des plus vulnérables, ne cessant d'affirmer combien le handicap était une chance pour notre société.

Anne-Sophie Parisot de Bayard, sœur de Jean-Christophe

Un homme discret impliqué dans la vie amiénoise

La nouvelle a profondément touché Brigitte Fouré, maire d’Amiens :
 

J’étais très émue par son décès parce que j’avais le grand honneur de faire partie de ses amis depuis bien longtemps. Je pense qu’il donne un très grand exemple aux personnes handicapées, mais bien au-delà. Il a montré que la puissance de caractère l’emporte sur la souffrance, l'emporte sur ce qui peut ressembler à de la faiblesse. L’esprit est plus fort que tout. Je ne l’ai jamais entendu se plaindre et pourtant il a énormément souffert. C’est un modèle.

Brigitte Fouré, maire d'Amiens



Car, Jean-Christophe Parisot de Bayard a profondément marqué le chef-lieu de la Somme par sa plume, ses analyses et ses convictions, mais aussi par sa position de diacre au diocèse d’Amiens. Recruté en 1990 par Gilles de Robien, alors jeune maire d’Amiens, il lui a rédigé près de six mille discours, notes ou analyses. Quand Gilles de Robien, alors ministre, aspire à un 4e mandat de maire avec l’idée en tête d’une future passation à son directeur de cabinet Marc Foucault, le natif de Douala au Cameroun, lui intime le nom de Brigitte Fouré.

Une position non comprise, mais Jean-Christophe n’en démord pas. C’est la bonne décision. Il crée avec Brigitte Fouré et Fabrice Hinschberger l’Association des Amis de Brigitte Fouré. Jean-Christophe Parisot, devenu le premier préfet handicapé entre temps dans l’Hérault, lui transmet des notes stratégiques, des conseils en tout genre et s’implique dans la rédaction du programme.

Un engagement payant. Brigitte Fouré est élue en 2014 et s’impose progressivement, malgré les réticences existantes, au sein du groupe d’opposition au conseil municipal et du Nouveau Centre.


Un parcours hors norme porté par la lutte contre les exclusions

Jean-Christophe Parisot de Bayard était un surdoué au parcours hors norme. Chevalier de la Légion d'honneur et de l'Ordre national du Mérite, il est "le premier étudiant handicapé diplômé de Sciences-Po (1989)" rapelle sa sœur. Les prémices d’un engagement politique constant durant lequel il n’a eu de cesse de lutter contre les exclusions.

Fondateur et président du Collectif des démocrates handicapés (2000) à l'Assemblée nationale pour "rendre à la démocratie les éternels oubliés", il se déclare candidat aux élections présidentielles de 2002 et de 2007. Il devient entre autre le premier délégué ministériel à l'Emploi et à l'Intégration des personnes handicapées (2007-2008).

Sa position lui permet de favoriser leur recrutement dans les rangs de l’Éducation nationale et de faciliter l’accès des personnes handicapées à l’enseignement supérieur. Par la suite, il devient secrétaire-général de la préfecture du Lot (2008-2010), puis sous-préfet chargé de mission à l'égalité des chances pour le Languedoc-Roussillon (2010-2012).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société politique disparition