Jean Macrez, le gardien des stalles de la cathédrale d'Amiens, s'est éteint

© Jean-Paul Delance
© Jean-Paul Delance

Une figure d'Amiens vient de mourir, Jean Macrez, le gardien des stalles de la cathédrale d'Amiens est mort à l'âge de 93 ans. Ses obsèques seront célébrées à la cathédrale qu'il aimait passionnément.

Par Camille Di Crescenzo

Jean Macrez s'en est allé. Les stalles de la cathédrale d'Amiens ont perdu leur gardien. Sophie Crimon lui rend hommage :  

Gardien des stalles​

Toujours à l'heure de l'ouverture de Notre-Dame, il en avait les clefs et n'a jamais manqué en 50 ans un rendez-vous avec elle. 

Cheminot à la retraite, il était ce guide bénévole qu'on rêve tous de croiser lorsqu'on visite un édifice. il racontait avec le coeur et nous emmenait dans ce choeur de la cathédrale pour parler comme personne des stalles : 
"Je ne dis pas qu’elles sont les plus belles du monde, parce que vous allez dire ce mec-là, il ne voit que sa cathédrale, mais elles sont les plus ouvragées puisque nous avons 5 000 personnages, 405 différentes"

Dès l'enfance, Jean tombe sous le charme de la belle gothique. Ses compagnons de jeu deviennent ces personnages sculptées et c'est naturellement qu'il se met à raconter leur histoire à sa manière.
"Il y en a une qui me plait, c’est la femme qui sort de son bain. Regardez bien. Elle est complètement usée, tellement qu’elle a été caressée au cours des âges par les chanoines. J’ai lu un livre où ils se battaient pour avoir cette place-là".

Jean Macrez n'était pas un historien mais un conteur.
Dans sa poche une photo de la cathédrale épargnée par les bombes en 40 ne le quittait  jamais.

Maître de cérémonie, soutenu par la foi, il nous confiait ne pas avoir d'appréhension à partir sur l'autre rive.

Ce soir ça n'est pas lui qui fermera sa cathédrale. 

Samedi 19 janvier 2018 à 12h dans le journal régional, France 3 Picardie rediffusera un grand format sur Jean Macrez : "Le gardien de la Cathédrale"  (journaliste Jean-Paul Delance)

Poète et ancien cheminot

L'ancien cheminot se plaisait à faire le parallèle entre le chemin de fer et la cathédrale. 

Voici l'un de ses textes qu'il nous contait en 1986 : 

SNCF : Si Nous Cheminots Fraternisions  

Si Nous Cheminots Fraternisions et qu'au long de l'immense rail
Toutes nos mains, telles des maillons, pouvaient se joindre dans le travail,
Quelle rame d'amour, nous formerions.
Si Nous Cheminots Fraternisions

Si Nous Cheminots Fraternisions pour piquer sur le sombre voile qui obscurcit notre horizon, 
Toutes nos petites étoiles dans notre nuit. Quelle constellation !
 Si Nous Cheminots Fraternisions

Si Nous Cheminots Fraternisions, si par ce seul grand aiguillage qui mène à l'ultime direction
Nous dégagions tous les triages, alors peut-être demain, tous sur la même voie, nous serions 
Si Nous Cheminots Fraternisions

Jean Macrez

Sur le même sujet

Les gens des Hauts : Tourcoing, la ville aux mille visages

Les + Lus