800 motards en colère ont bloqué la rocade d'Amiens

Début mars, plusieurs centaines de motards avaient bloqués l'accès à la gare d'Amiens pour protester contre le passage aux 80 km/h. / © Instagram clems.ss
Début mars, plusieurs centaines de motards avaient bloqués l'accès à la gare d'Amiens pour protester contre le passage aux 80 km/h. / © Instagram clems.ss

Les Fédérations des motards en colère de la Somme et de l'Aisne ont manifesté contre le passage à 80 km/h des routes départementales mais aussi contre l'arrivée de radars privés.

 

Par JA

Les Fédérations des motards en colère de la Somme et de l'Aisne se sont associés pour bloquer cet axe de circulation dans les deux sens à hauteur des échangeurs du centre commercial de Glisy.

Au total, 800 motards en colère ont empêché les automobilistes de circuler pendant plus d'une heure. Une mobilisation nationale à l'appel de la Fédération française des motards en colère.
 


Voir le reportage complet

Les autoroutes A16 et A29 bloquées


À cet endroit se situent les entrées et sorties des autoroutes A16 et A29. Les motards de la Somme et de l'Aisne manifestent leur mécontentement contre le passage de toutes les routes départementales à 80 km/h.
 


Mais c'est surtout l'arrivée de plusieurs centaines de radars privés dans toute la France qui cristallise leur colère : dès le 1er juillet, des véhicules banalisés équipés de radars embarqués vont sillonner les routes françaises. Leur gestion a été confiée à des entreprises privées.

"On s'attaque au dossier sécurité routière par le côté répressif et pour faire de l'argent : la sécurité routière aujourd'hui c'est un tiroir caisse, s'emporte Philippe Leduncq, président de la FFMC Somme. Le Premier ministre veut faire 2 milliards d'euros de PV d'ici la fin de l'année. On n'a jamais été invités dans le débat. Nous, des solutions, on en a. Il faut agir sur le comportement avec de la formation dès le plus jeune ou insister sur le partage de la route par exemple. Il faudrait aussi remettre en état des infrastructures routières. Donc s'il faut entrer dans le dur, on va entrer dans le dur. Parce que ce n'est pas le passage à 80 km/h qui fera la différence dans un accident avec un téléphone au volant".

En mars dernier, ils étaient plusieurs centaines également à s'être donné rendez-vous devant la gare d'Amiens pour les mêmes raisons : 
 
 

Des automobilistes également mobilisés
 

De leur côté, les motards en colère de l'Oise ont retrouvé leurs homologues d'autres régions à Vincennes pour bloquer le périphérique parisien. 

Ils étaient accompagnés d'automobilistes, réunis autour du groupe Facebook contre la limitation a 80 groupe Oise. Une page animée par Grégory Vasseur qui n'est pas motard : "Je n'étais pas contre la limitation à 80 km/h. Mais pas généralisée. Il fallait qu'elle soit plus ciblée sur des routes vraiment dangereuses. Et laisser le soin aux élus locaux de désigner les endroits qui auraient été limités à 80 km/h".

Sur le même sujet

Les + Lus