• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Retour de l'opération “love baguette”, du pain pour financer la lutte contre le VIH

La "love baguette", pain en forme de ruban croisé, est vendue 2€ la pièce. / © Laurent Carre / AIDES
La "love baguette", pain en forme de ruban croisé, est vendue 2€ la pièce. / © Laurent Carre / AIDES

A partir de ce vendredi, 900 boulangeries en France fabriquent et vendent des pains à l'allure un peu particulière : les "love baguettes". Les bénéfices seront reversés pour moitié à l'association Aides, qui lutte contre le SIDA et les hépatites virales.

Par ML et EM

Ce vendredi matin, Marc-Antoine Hébert a dû changer un peu ses gestes habituels. Ce boulanger, installé à Salouël, à proximité d'Amiens, participe pour la première fois à l'opération "love baguette". A côté de ses pains traditionnels, d'autres en forme de ruban croisé ont pris place. Pour 2 € et jusqu'au 15 octobre, les clients qui choisiront cette baguette pourront contribuer à la lutte contre le SIDA, la moitié du prix d'achat étant reversé à l'association AIDES
 

"La recette est la même, explique l'artisan. C’est juste la mise en forme de la baguette en forme de ruban qui change. Nous, en tant que boulanger, c’est un peu plus de main-d’œuvre mais ce n’est pas gênant. C’est pour la bonne cause !" En boutique, des affiches ont été installées pour informer leurs clients de ce geste solidaire. S'ils sont encore peu nombreux à connaître l'initiative, née l'année dernière, l'accueil est plutôt favorable. "Si c’est pour lutter contre cette maladie-là, je suis d’accord pour en prendre régulièrement", assure un habitué.
 

L'an dernier, pour la première édition de l'opération, la bonne volonté des boulangeries et de leurs clients avait permis de récolter 80.000 euros dans toute la France. « Cet argent va nous permettre d’intensifier toutes nos actions de dépistage et de réduction des risques auprès des publics qui sont pour nous prioritaires, qui sont le plus exposés à la maladie, expose Jason Fabre, volontaire à Aides Amiens. On va parler des publics issus de la migration, des personnes trans, travailleuses du sexe, et des usagers de drogue. » Selon l'association, 25.000 personnes sont porteuses du virus sans le savoir, et donc susceptibles de le transmettre à leurs partenaires. 

► Retrouvez la liste des boulangeries partenaires sur le site de l'opération

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus