WN Amiens condamné à communiquer les documents relatifs à sa reprise de Whirpool, sur ordre de la justice

La justice a ordonné, mercredi 11 décembre, la communication de documents concernant le projet de reprise de l'entreprise Whirlpool d'Amiens par WN en 2018. Selon Fiodor Rilov, l'avocat des ex-salariés, qui estiment que l'opération était frauduleuse, il s'agit d'un une étape "décisive".
Fiodor Rilov, avocat des ex-salariés de Whirlpool, le 4 octobre 2018 à Amiens.
Fiodor Rilov, avocat des ex-salariés de Whirlpool, le 4 octobre 2018 à Amiens. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
La justice a ordonné, ce 11 décembre, la communication de documents relatifs à la reprise du site Whirpool d'Amiens par WN, en mai 2018. "Nous avons obtenu une partie de ce qu'on demandait : la condamnation de WN à nous communiquer toutes les correspondances - lettres, mails... - au sujet de la vente de l'usine par Whirlpool", a déclaré à l'AFP Me Fiodor Rilov, qui a également récupéré le contrat de cession du site.

 

L'industriel picard Nicolas Decayeux avait repris à cette époque une majorité des ex-salariés du site amiénois de Whirlpool (162 sur 282), après la décision du fabricant américain de sèche-linge de délocaliser sa production en Pologne. Mais son entreprise WN s'est retrouvée dans une impasse de trésorerie, faute de débouchés commerciaux concrets, malgré les aides apportées par l'État (2,5 millions d'euros versés, 4 promis) et Whirlpool (7,4 millions).

 

En savoir un peu plus sur les conditions de la reprise

Le tribunal de grande instance d'Amiens a ordonné au liquidateur judiciaire de communiquer "les correspondances échangées avec les sociétés du groupe Whirlpool préalablement à la conclusion du contrat de ré-industrialisation à l'exception de tous les documents couverts par le secret professionnel", selon l'ordonnance consultée par l'AFP.
 

"On est très satisfaits car on va pouvoir lire les conditions dans lesquelles Whirlpool a accepté de céder l'établissement à Decayeux sur la base d'un plan de reprise qui manifestement n'était pas sérieux du tout. On a hâte de prendre connaissance de ces échanges pour faire la lumière sur la véritable teneur des accords entre WN et Whirlpool", a déclaré Me Rilov, saluant "un pas en avant décisif".

Une fois qu'ils auront pris connaissance des échanges, Me Rilov a indiqué qu'il rédigerait "une assignation pour engager une action en vue de faire condamner Whirlpool et WN pour fraude".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
whirlpool économie entreprises industrie emploi social