"On doit être les seuls à le faire" : un agriculteur de la Somme se lance dans la production de mimolette picarde

Tristan Avet, fromager à Éplessier dans la Somme a décidé récemment de se lancer dans la production de mimolette. A priori c'est une première en Picardie, ce fromage étant habituellement fabriqué dans le Nord.

Depuis le 26 juin, Tristan Avet vend sa production de mimolette picarde dans sa fromagerie à Éplessier dans la Somme
Depuis le 26 juin, Tristan Avet vend sa production de mimolette picarde dans sa fromagerie à Éplessier dans la Somme © Tristan Avet
Pour goûter de la mimolette picarde, il faut désormais se rendre à Éplessier dans la Somme. Dans ce petit village de 360 habitants, Tristan Avet a ouvert sa fromagerie il y a 3 ans à côté de la ferme familiale. Et depuis vendredi 26 juin, sa mimolette produite sur place fait sensation. 
 
"Ça marche très bien, nous confie-t-il. On a eu des retours très positifs." Créatif, le jeune fromager a décidé de se lancer dans la production de ce fromage fabriqué habituellement en Flandres. "Je pense qu'on doit être les seuls à en faire en Picardie. Je ne suis pas sûr à 100%, mais je n'en ai pas vu ailleurs. On a fait toutes les formations pour apprendre à faire le fromage dans le Nord", explique-t-il. 

Premier essai concluant

Pour la fabrication, pas besoin d'aller trop loin. Le lait provient directement de la ferme, où se trouve un troupeau de 80 vaches. En revanche, pour ce qui est des ferments et surtout de la graine de roucou, qui donnera la couleur orange à la mimolette, Tristan Avet fait appelle à un fournisseur. 
 
Dès le premier essai, l'expérience est concluante. La mimolette a bien sa couleur orange et son goût. "On était confiants, on a déjà l'expérience avec d'autres fromages. On a bien suivi le protocole, il y a des températures un peu différentes, mais dès la première fois le goût était bien. Les clients ont bien aimé", affirme le fromager picard. 
 
Il a donc fallu trois mois d'affinage pour les tomes dites "jeune". Les autres seront gardées 6 mois pour de la "demi-vieille" et 1 an pour de la "vieille."

Bientôt 30 fromages par semaine

Tristan Avet produit 15 mimolettes par semaine, dont la moitié est gardée pour laisser affiner plus longtemps. Mais face au succès, il compte passer à 30 par semaine. 

Tout ça en plus des productions habituelles, car à Éplessier on produit également d'autres variétés de fromage. "Une bonne partie c'est de la tome, on a aussi une sorte de maroilles, après c'est plutôt des fromage style comté, un fromage frais...", détaille-t-il. 
 
Le jeune fromager aime tester plusieurs saveurs, sur les conseils de sa maman. "Ma mère aime beaucoup la cuisine un peu spéciale du genre épicée ou sucré-salé, sourit-il. Elle me propose des idées et on essaye de voir si ça marche." Cela donne des tomes au goût : oignons fumé, safran, piment poivron, ou encore à l'ail des ours. Ce dernier, "c'est celui qui marche le mieux", assure-t-il. 

La famille produit également des yaourts, de la crème, du beurre, du fromage blanc et souhaiterait bientôt proposer de la glace. D'ici un ou deux ans, Tristan Avet aimerait s'attaquer à la production de rollot. Un fromage bien picard cette fois.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture consommation économie agriculture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter