Originaire de Doullens dans la Somme, Quentin Pauchet fait partie des trois soldats tués au Mali

Le chasseur de 1ère classe, Quentin Pauchet né à Doullens dans la Somme, a été tué avec deux autres soldats français lundi 28 décembre alors qu'il était en mission dans le centre du Mali. Il était âgé de 21 ans.

Le chasseur 1ère classe Quentin Pauchet est décédé en mission au Mali lundi 28 décembre 2020
Le chasseur 1ère classe Quentin Pauchet est décédé en mission au Mali lundi 28 décembre 2020 © Ministère de la Défense

Lundi 28 décembre, trois soldats français ont été tués par une bombe artisanale dans la zone des "trois frontières", dans le centre du Mali, où la force antiterroriste française Barkhane concentre ses efforts depuis janvier. "Leur véhicule blindé a été atteint par un engin explosif improvisé alors qu'ils participaient à une opération dans la région de Hombori", a annoncé la présidence française dans un communiqué. Les trois soldats n'ont pas pu être réanimés malgré "l'intervention immédiate de l'équipe médicale présente dans le convoi et les soins prodigués", a déploré l'état-major des armées.

Parmi eux, le chasseur de 1ère classe Quentin Pauchet né à Doullens dans la Somme. Le militaire de 21 ans s'engage dans l'armée en octobre 2018 où "il se distingue par son allant lors de sa formation initiale et fait preuve d’emblée d’un très fort potentiel", indique l'Armée de Terre dans un communiqué. 

En mission au Mali depuis un mois

Six mois plus tard, alors qu'il est affecté au 2e escadron comme tireur blindé, il est élevé à la distinction de chasseur de 1ère classe le 3 avril 2019. Extrêmement motivé et volontaire, il accède ensuite alors à la fonction de pilote blindé le 15 juillet 2019. Il est projeté au Mali le 24 novembre 2020 dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le Samarien, célibataire et sans enfant, a accompli toute sa carrière au sein du 1er régiment de chasseurs à Thierville-sur-Meuse dans le département de la Meuse. Il avait été décoré de la médaille de la Défense nationale avec échelon "bronze" le 1er janvier 2020.  

Avec lui, sont morts, le brigadier-chef Tanerii Mauri âgé de 28 ans né à Papeete et le chasseur de 1ère classe Dorian Issakhanian âgé de 23 ans né à Périgueux. Le président Emmanuel Macron a fait part de sa "très grande émotion" et "salué la mémoire" des trois militaires, "morts pour la France dans l'accomplissement de leur mission."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité