Stravinsky en ballet hip-hop et Strauss en BD au programme de l'Orchestre national de Lille

L'Orchestre national de Lille (ONL) va explorer des mélanges originaux pour ses 40 ans, avec au programme de la saison de la danse hip-hop sur un ballet de Stravinsky et de la BD illustrant des airs d'opérette, présentées jeudi par l'emblématique chef Jean-Claude Casadesus.

La présentation de la saison de l'ONL ce jeudi.
La présentation de la saison de l'ONL ce jeudi. © Compte Twitter ONL
Le célèbre ballet "L'Oiseau de feu" de Stravinsky sera interprété les 13 et 14 novembre, dans la salle Le grand sud à Lille, par 10 danseurs hip-hop avec une chorégraphie créée par Farid Berki. Ce pionnier du hip-hop en France avait déjà conçu une chorégraphie pour le ballet "Petrouchka" en 1998, puis pour "Le Sacre du Printemps" en 2013.

Les 16, 21 et 22 décembre, la scène de l'auditorium du Nouveau siècle, écrin habituel de l'orchestre, sera transportée dans un univers de bande dessinée par l'auteur François Boucq. Au programme, la soprano Véronique Gens chantera Johan Strauss fils et Offenbach notamment. Enfin, dernier rendez-vous iconoclaste de la saison, un concert participatif, le "Cross over music", réunira le 19 mars professionnels de l'orchestre et amateurs, dont des jeunes découvrant seulement la musique, pour la création d'une "improbable épopée voyageuse traversant le contemporain et le traditionnel, mais aussi les musiques actuelles et l'improvisation", selon Alexandros Markeas, son auteur d'origine grecque.

"On ne dira jamais assez aux politiques qu'il n'y a aucune délinquance dans les écoles de musique"

Pour Jean-Claude Casadesus, qui a brièvement évoqué lors d'une conférence de presse ses 50 ans de carrière et les 40 années d'existence de l'ONL, ces événements sont le prolongement de la politique de diffusion de la musique "partout, là où elle peut-être entendue". La culture est vue par Jean-Claude Casadesus comme un puissant vecteur de lien social et de progrès, particulièrement en temps de crise: la promouvoir auprès des publics défavorisés fonctionne parce qu'ainsi, "ils se sentent respectés".

"On ne dira jamais assez aux politiques qu'il n'y a aucune délinquance dans les écoles de musique", a affirmé le maestro, qui mettra un terme à sa carrière de chef à la fin de la saison.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musique orchestre national de lille
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter