Terrorisme : un homme d'origine nordiste, en lien avec des individus radicalisés, a été interpellé

Un individu de 25 ans, originaire de Calais, a été arrêté lundi dans la région lyonnaise par les policiers de l'anti-terrorisme.

Une fausse alerte à la bombe à la gare de la Part Dieu.
Une fausse alerte à la bombe à la gare de la Part Dieu. © MAXPPP
Selon Le Progrès qui a révélé l'information, Sébastien P., a été interpellé dans un foyer de Villeurbanne (près de Lyon) ce lundi. Originaire de Calais, âgé de 25 ans, cet homme est soupçonné de liens avec des individus radicalisés. Il aurait notamment évoqué, selon le journal, l’idée d’une attaque terroriste dans le quartier de la Part-Dieu (quartier lyonnais qui comprend notamment une gare et son centre commercial. 

Ses propos, interceptés par des surveillances policières, sont qualifiés d'inquiétants et de délirants. Il a été placé en garde à vue. Les enquêteurs doivent déterminer le degré de dangerosité de l'individu. « Entre des propos délirants et une manipulation qui peut le faire basculer, la frontière n’est pas facile à tracer », explique au Progrès un enquêteur spécialisé. La Voix du Nord rappelle qu'en octobre 2014, il avait été interpellé à l’hôtel Formule 1 de Coquelles, pour avoir appelé des commissariats et casernes de pompiers de différentes villes de France pour brandir la menace d'une bombe dans leurs locaux, parlant de djihad. Son avocate l’avait alors décrit comme « un pied nickelé »

Des liens avec Rachid Kassim

Incarcéré en 2014 suite à cette affaire, il a expliqué s’être converti à l’islam en prison. Sébastien P. était en contact avec un homme lié à Rachid Kassim, parti depuis plusieurs mois en Syriequi apparait sur des vidéos de revendication de Daesh et pourrait avoir "inspiré" les assassins du père Hamel à Saint-Etienne du Rouvray. C'est ce lien qui a notamment décidé les enquêteurs à agir. Avec en filigrane, une question : Sébastien P. était-il manipulé ou véritablement capable de commettre un attentat ?

Ce mardi, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur avait évoqué l'arrestation en France au mois d'août de sept personnes "en lien avec des réseaux terroristes", dont "trois au moins avaient des projets constitués". On ignore si Sébastien P. fait partie de ce décompte.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terrorisme faits divers